Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : entre soulagement et scepticisme au Pays Basque après les annonces d'Emmanuel Macron

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Le Président de la République a annoncé, ce mardi 24 novembre, un allègement du confinement en 3 étapes. Dès samedi, les commerces pourront rouvrir et le périmètre de déplacements est élargi. Les Fêtes de Noël en famille sont en bonne voie. Les restaurants ne rouvriront pas avant le 20 janvier.

Commerce fermé pendant le confinement
Commerce fermé pendant le confinement © Radio France - Claire Leys

Soulagement pour les uns, déception ou scepticisme pour les autres. L'allocution radiotélévisée très attendue d'Emmanuel Macron ce mardi 24 septembre au soir suscite des réactions variées au Pays Basque. Le président de la République a annoncé un allègement du confinement en 3 étapes et sous conditions.

1ère étape: déplacements élargis et réouverture des commerces

La première étape de cet allègement de confinement débutera ce samedi 28 novembre au matin. Si les attestations de sortie seront toujours en vigueur, les déplacements seront élargis à 20km et à 3 heures pour les promenades et activités physiques. Par ailleurs, l'une des nouvelles les plus attendues, les commerces "non essentiels" pourront rouvrir "jusqu'à 21h au plus tard". 

Commerçants soulagés, mais

"Une très bonne nouvelle" pour Maitena Goicoetchea, qui travaille dans l'entreprise de poterie familiale. "On est contents et soulagés", précise t-elle. Les deux boutiques, celle d'Ossès et de Saint Jean de Luz pourront donc rouvrir dès samedi matin.

Même chose pour le magasin de vêtements d'Iñaki Hirigoyen à Cambo, et même soulagement. "Je suis content de pouvoir ouvrir", souffle le commerçant. "Enfin ! Après un mois de fermeture, mais bon en tout sur l'année, ça fait 3 mois de fermeture, soit 1/4 de l'année". En faisant les comptes, il estime avoir perdu 30.000 euros sur ces trois mois de fermeture en 2020. Alors cette réouverture annoncée pour samedi lui redonne le sourire, d'autant qu'il est confiant. "On l'a vu avec le click & collect, moi je pense que les gens vont jouer le jeu de faire marcher les commerces locaux, et pas les grands groupes sur internet".

Karine Poulin Le Clanche, représentante du collectif de commerçants de Saint Jean de Luz, est beaucoup moins optimiste. Elle craint que le maintien des attestations de sortie et l'absence sur celles-ci d'une case pour faire ses emplettes dans les commerces qui ne sont pas considérés comme de "première nécessité" ne découragent les clients potentiels "de peur d'avoir une amende de 135€". Elle regrette aussi que les restaurants restent fermés : _"_On est tous interdépendants, surtout sur la côte basque(...) Les gens que l'on a habituellement, qui viennent de tout le Pays Basque, ne viendront pas faute de pouvoir se restaurer ou prendre un café."

Offices religieux limités

Par ailleurs, les offices pourront de nouveau être célébrés dans les lieux de culte mais "dans la limite de 30 personnes", a précisé le Président de la République. Une limite "ingérable" pour l'évêque de Bayonne, Lescar, Oloron. 

2ème étape: possibles fêtes de Noël en famille et réouverture des espaces culturels

Le 15 décembre, si on ne dépasse pas les 5.000 contaminations par jour et 2.500 à 3.000 personnes en réanimation, on pourra franchir un nouveau cap a expliqué Emmanuel Macron.

Un Noël en famille ?

Si ces conditions sont remplis, les déplacements illimités sur le territoire français seront de nouveau possibles. On pourra ainsi passer les Fêtes de Noël et du Nouvel An en famille. Mais le Chef de l'Etat a appelé à "ne pas baisser la garde" et à respecter distanciation, nombre limité d'adultes dans une même pièce et gestes barrières pendant ces réunions. Ce ne seront "pas des vacances de Noël comme les autres", a-t-il prévenu.

Pour la maire (LR) de Biarritz, c'est une étape essentielle. _"Aux vues de l’état moral de nos concitoyens,  il faut absolument que ces Fêtes aient lieu même dans des conditions différentes, affirme Maïder Arostéguy. Nos compatriotes ont vraiment besoin d’être rassurés et d’avoir des perspectives beaucoup plus rieuses, que cette magie de Noël puisse un peu opérer."_

Cinémas, théâtres et musées soulagés

A cette même date, et à ces mêmes conditions, les lieux culturels pourront enfin rouvrir en respectant un protocole sanitaire stricte. Ils bénéficieront même d'un "horodatage" qui permettra aux détenteurs de billets de cinémas et théâtres de bénéficier d'une dérogation au couvre-feu qui reste fixé à 21h.

Pour Jean-Pierre Saint-Picq, président de l'association qui gère le cinéma indépendant L'Atalante à Bayonne, "c’est une bonne nouvelle cette perspective. Enfin. D’ailleurs on a entendu le mot culture, cinéma, théâtre. On attendait ce moment. On traverse tous, depuis presque un an, une époque un peu sinistre et nous avons tous besoin de ces lieux culturels dans ces moments difficiles. La Culture c’est des émotions, comiques, tragiques, c’est rire ensemble, voire ensemble, c’est partager des émotions, du lien."

3ème étape: vers une réouverture des restaurants le 20 janvier

En revanche, pour les restaurateurs, et les salles de sport, c'est la douche froide. Comme les rumeurs le laissaient entendre ces derniers jours, ils ne pourront rouvrir qu'à partir du 20 janvier, si les conditions sanitaires le permettent. Forcément une déception pour Florian Bouffaut, du restaurant Kalostrape à Bayonne. "Il semblerait qu'encore une fois, on fera partie des derniers à pouvoir rouvrir", déplore le restaurateur.

"C'est un peu comme une stigmatisation, on dirait qu'ils ont des études qui diraient que les clusters et les foyers arrivent dans les restaurants, j'en sais rien, c'est possible, ou pas".

Florian Bouffaut qui rappelle que malgré tout, un protocole sanitaire bien précis avait du être mis en place dans les restaurants. "On a un protocole sanitaire très exigeant que toute la profession respecte, mais apparemment c'est pas suffisant, on va devoir attendre, malheureusement."

Une déception et une inquiétude que partagent Maïder Arostéguy, la maire de Biarritz : "C’est une immense déception pour les bars et restaurants. D’autant plus que notre région est touristique (…) Si les bars et restaurants restent fermés auront nous des touristes à Noël ?"

Optimisme pour la reprise des activités nautiques ?

Le Président de la République, on pouvait si attendre, n'a pas précisé dans son allocution si les activités nautiques, dont l'interdiction absolue fait polémique sur la côte basque, pourront reprendre et à quelle date. Mais Maïder Arostéguy se montre optimiste : "Beaucoup de sports de plein air ont l’aire d’être de nouveau autorisés, donc _je suis assez confiante. On a vraiment besoin de ces activiés à l’extérieur"_.

Le chef de l'Etat a notamment confirmé que les activités de plein air extra-scolaire pourront reprendre dès ce samedi 28 novembre. Mais il va falloir attendre l'intervention du Premier Ministre, Jean Castex, ce jeudi 26 novembre au matin, pour être fixé sur les activités de plein air pour les adultes et notamment la baignade et le surf.

Seules certitudes, les grands rassemblements et les événements festifs dans les salles louées restent interdits. Quant aux stations de ski, si une décision doit être formellement prise dans une dizaine de jours, Emmanuel Macron a d'ores et déjà déclaré qu'il était préférable qu'elles ne rouvrent que courant janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess