Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "On est les oubliées" confient des aides à domicile près de Rouen

Face à la pandémie de coronavirus, de nombreuses aides à domicile continuent d'intervenir chez des particuliers pour des soins, des toilettes, la préparation de repas, du ménage. Deux d'entre elles témoignent sur France Bleu ce mardi.

Sandrine et Marie-Laure continuent de mener leur travail d'auxiliaire de vie sociale chez des particuliers en période de pandémie (illustration).
Sandrine et Marie-Laure continuent de mener leur travail d'auxiliaire de vie sociale chez des particuliers en période de pandémie (illustration). © Maxppp - Vanessa MEYER

Elles interviennent à domicile pour des toilettes, des soins, des repas, le ménage ("elles" parce que ce sont le plus souvent des femmes). Deux aides à domicile normandes témoignent ce mardi 7 avril 2020 sur France Bleu sur leurs conditions de travail en période de lutte contre le coronavirus. Les masques et les équipements ne sont pas toujours au rendez-vous pour ces salariées et Sandrine Corblin, auxiliaire de vie à Darnétal près de Rouen, comme Marie-Laure Nacer-Chérif, également employée dans la région de Rouen, confient qu'elles travaillent dans la crainte

On n'entend jamais parler des aides à domicile, on aura que dalle

Pour Sandrine, travailler à domicile en pleine pandémie, "c'est un grand stress parce qu'on rentre le soir et on ne sait pas si on a été contaminé ou pas. Nous, _on est au front tous les jours_, depuis le début. Au départ on avait un masque pour une semaine. Là notre employeur nous a récupéré des masques chirurgicaux et on en a cinq pour la semaine, on les met à sécher. On est les oubliées, on aura que dalle alors qu'on fait des toilettes, des toilettes au lit, des préventions d'escarres, on fait comme dans les hôpitaux. " 

On est les oubliées, on aura que dalle

Nos conditions de travail sont dangereuses

Un sentiment partagé par Marie-Laure Nacer-Chérif. Elle continue de travailler après trois semaines de pandémie car elle est équipée en masques et gel hydroalcoolique mais l'angoisse est bien là au quotidien, dès qu'elle entre chez quelqu'un. "Dès qu'on pose un objet quelque part, on se demande si on a bien nettoyé ses mains. Est-ce que les gens qu'on va voir sont propres ? S'ils ne respectent pas le confinement, respectent-ils les règles d'hygiène ? Dans les hôpitaux, toutes les précautions sont prises mais nos conditions de travail, à nous, sont quand même dangereuses, il faut le relever."

Est-ce que les gens qu'on va voir sont propres ? S'ils ne respectent pas le confinement, respectent-ils les règles d'hygiène ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu