Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et confinement : des précommandes solidaires pour soutenir les cafés-restaurants

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Difficile de savoir exactement quand les cafés et les restaurants rouvriront. Pour leur apporter un peu de trésorerie, les initiatives se multiplient à l'image de la plateforme en ligne "J'aime mon bistrot". Les commerçants nîmois sont partagés.

La Brasserie Le Montcalm fermée depuis 5 semaines
La Brasserie Le Montcalm fermée depuis 5 semaines © Radio France - Philippe Thomain

Florian Le Losq est l'un des premiers à Nîmes à s'être inscrit sur la plateforme "J'aime mon bistrot" lancée au début du mois d'avril par des grandes marques de boissons. Le gérant de l'Instant T, le bar à bières situé rue Racine y a vu l'opportunité de faire rentrer un peu de trésorerie dans les caisses. Dès le début du confinement, il a dû mettre au chômage partiel ses 15 salariés.

"On s'est inscrit sur cette plateforme pour permettre à nos clients de passer des précommandes solidaires. Elles sont payées tout de suite et consommées à la réouverture. Ça va nous apporter un peu de trésorerie. Ça nous aidera à tenir jusqu'à la réouverture et à payer en partie nos charges puisque malgré les aides en place, on en a encore beaucoup à payer et plus du tout d'argent qui rentre depuis cinq semaines.

De la vente en ligne

Cette plate forme a aussi permis à Florian de mettre en place de la vente en ligne. "Ça nous permet de garder une activité même si elle est réduite et de garder le contact avec nos clients." La boutique attenante à l'Instant T est donc ouverte tous les jours de 16h à 19h pour venir chercher les commandes. Des livraisons sont également possibles. "Cela ne suffira pas, c'est pourquoi nous faisons appel aux différentes aides de l'Etat qui ont été mises en place." 

"Reculer pour mieux sauter" 

Brigitte Dumas qui gère depuis plus de 11 ans la Brasserie Le Montcalm avec son mari, rue de la République, est beaucoup plus circonspecte vis à vis de cette plateforme. "Certes, ça permet de rentrer de la trésorerie maintenant, mais cette trésorerie va rapidement fondre puisqu'elle va servir à couvrir nos charges et nos besoins financiers.

Ça veut dire que lorsque nous allons rouvrir l'établissement, les clients qui ont passé des commandes vont pouvoir venir manger et consommer, mais nous aurons déjà encaissé l'argent et il ne sera plus là. Il va falloir racheter de la marchandise pour pouvoir servir ces clients et nous n'encaisserons pas de recettes à ce moment là. Le manque de recettes à ce moment-là sera encore plus préjudiciable." 

Un pari sur l'avenir

Brigitte se refuse aussi à encaisser de l'argent sans savoir ce que l'avenir réservera. La plateforme "J'aime mon bistrot" indique en effet que si l'établissement ne rouvre pas après le déconfinement pour cause de cessation d'activité, elle ne procédera à aucun remboursement ni indemnisation.

"Si par malheur nous ne pouvions pas rouvrir notre établissement dit-elle, nous aurions perçu cet argent et nous ne pourrions pas délivrer une contrepartie. Ça, ce n'est pas possible sur un plan moral dans la mesure où nos clients sont des habitués. Nous ne pourrions plus les croiser dans la rue."

Florian Le Lesq lui  est beaucoup plus optimiste. "Les clients qui se sont prêtés au jeu des précommandes solidaires ne se limiteront pas à cette cagnotte qui sera relativement vite dépensée. Je suis convaincu qu'à la réouverture, les clients seront présents et que l'activité sera soutenue." À quelle date, c'est désormais toute la question. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess