Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "il faut tout faire pour sauver Noël", alerte l'Alliance du commerce

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

A quelques heures des nouvelles annonces du gouvernement contre le coronavirus, les commerçants tirent d'avance la sonnette d'alarme. "Nous arrivons dans la période essentiel, les fêtes de fin d'année" prévient Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce, sur France Bleu Paris.

A l'approche de Noël, les commerçants redoutent les mesures annoncées ce soir par le gouvernement.
A l'approche de Noël, les commerçants redoutent les mesures annoncées ce soir par le gouvernement. © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

Comment freiner l'épidémie, sauver la vie de centaines de Français fragiles sans mener le pays à la faillite ? C'est toute la question que se pose encore Emmanuel Macron à cette heure-ci. Il annoncera à 20h, ce mercredi, les nouvelles mesures plus strictes prises par la France pour lutter contre la reprise de l'épidémie. 

Il faut préserver les commerces notamment, déjà très impactés par l'épidémie. Les conséquences de nouvelles mesures plus strictes "seraient dramatiques", alerte d'avance Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce, union de plusieurs fédérations de commerçants.

Yohann Petiot : ""Ça fait deux ans qu'on n'a pas eu une fin d'année normale."

Car entre la fermeture totale du printemps et l'été sans touristes – particulièrement à Paris – les commerçants sont déjà sur le fil. "Nous redoutons un couvre-feu encore plus fort, dès 19h. Et le reconfinement total, notamment le week-end", avoue le représentant. "Les conséquences seraient dramatiques pour le commerce alors que nous arrivons dans la période essentiel, les fêtes de fin d'année. Rien que pour le secteur de la mode, Noël c'est 20% des ventes annuelles."

"On comprend que la situation est grave et qu'il faut réagir. Mais la journée d'activité économique du commerce ce n'est pas la semaine, c'est le samedi. Si demain nous fermons le samedi, c'est pour certains commerces 50% d'activités qui seraient arrêtés."

Une troisième fin d'année très perturbée

"Il faut tout faire pour sauver Noël", insiste même Yohann Petiot. "Ça fait deux ans qu'on n'a pas eu une fin d'année normale avec les gilets jaunes en 2018, puis les manifestations contre la réforme des retraites en 2019. Nous espérions avoir un peu d'air en 2020. Cette crise elle arrive sur un terreau fragile, des entreprises qui sont déjà en difficultés financières et ça ne fait qu'aggraver la situation."

Mais alors quel compromis serait acceptable pour le représentant des commerçants, face à une situation sanitaire que plus personne ne remet en cause ? "On peut parler de ce qu'il est possible d'appliquer en magasin. On peut peut-être aller plus loin, renforcer les mesures en boutiques mais déjà depuis le 11 mai tous les commerces mettent en œuvre les mesures sanitaires préconisées par le gouvernement. C'est la distanciation sociale, le masque – et bien avant qu'il soit obligatoire dans la rue d'ailleurs - le gel à l'entrée également. Donc on peut imaginer encore plus mais les protocoles sont déjà très stricts."

5.000 emplois supprimés depuis le début de l'année

Mais les commerçants n'ont pas été consultés avant ces nouvelles annonces du gouvernement, regrettent Yohann Petiot. "Nous avons alerté le gouvernement sur les conséquences qu'il y aurait à fermer les commerces mais _nous n'avons pas été consultés par le gouvernement._"

Des faillites en série prévient notamment le directeur général de l'Alliance du commerce. "Nous avons eu une multitude d'annonces de liquidations et de redressements judiciaires dans notre secteur. Chez les grandes enseignes, c'est déjà plus de 5.000 emplois qui ont été supprimés depuis le début de l'année et nous savons déjà que d'autres procédures vont arriver d'ici la fin de l'année et l'année prochaine."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess