Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : institution nordiste, les Salons Kennedy ferment définitivement

-
Par , France Bleu Nord

La crise du coronavirus met à mal la trésorerie des nombreux établissements du secteur de l'hôtellerie et de la restauration. A la Chapelle d'Armentières, les Salons Kennedy annoncent mettre la clé sous la porte. C'était une institution familiale depuis 1979.

Les salons de réception Kennedy ont été créés en 1979 à la Chapelle d'Armentières. Face à des annulations en série liée à la crise du coronavirus, ils ferment leurs portes aujourd'hui (photo d'illustration)
Les salons de réception Kennedy ont été créés en 1979 à la Chapelle d'Armentières. Face à des annulations en série liée à la crise du coronavirus, ils ferment leurs portes aujourd'hui (photo d'illustration) © Maxppp - IP3 PRESS

"C'est une décision qui a été difficile à prendre". Le gérant des Salons Kennedy, salons de réception ouverts depuis 1979 à la Chapelle d'Armentières, a dû mal à contenir son émotion au téléphone. Mickaël Decherf a annoncé l'arrêt de son activité, ce jeudi, sur la page Facebook, suscitant de centaine de réactions attristées.

Alors que le gouvernement a détaillé un nouveau plan de soutien pour le secteur de l'hôtellerie et de la restauration, c'est donc la fin d'une institution familiale de la région. Cela faisait plus de 40 ans que cette entreprise organisait des mariages, des séminaires, des événements pour les entreprises.

Huit salariés

Le gérant, le plus jeune fils des fondateurs, a préféré cesser son activité dès maintenant, pour ne pas avoir à déposer le bilan dans quelques mois. "Je veux rembourses tous mes clients, payer mes dettes. Finir propre", explique-t-il. Et accompagner ses huit salariés, "pour les aider à retrouver un emploi rapidement".

Avec la crise du coronavirus, la perte est déjà de 300 000 euros, et les annulations d'événements continuent à s'accumuler, même dans plusieurs mois, ce qui laissait peu de perspectives d'avenir. "Comment on aurait fait pour se relever ?" conclut Mickaël Decherf.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess