Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la filière foie gras propose des "mini-formats" pour anticiper Noël en petit comité

Confinés ou déconfinés, la filière foie gras anticipe des fêtes de fin d'année en petit comité, et propose pour les fêtes de fin d'année des conditionnements plus petits. La directrice du Cifog, Marie-Pierre Pée, parle ce vendredi de "mini-formats pour des mini-tablées et des mini-budgets".

Un foie gras truffé (photo d'illustration).
Un foie gras truffé (photo d'illustration). © Radio France - Emmanuel Claverie

À sept semaines de Noël, les professionnels de la filière foie gras s'attendent déjà à ce que les conditions sanitaires ne permettent pas de se réunir en nombre : "Nous avons adapté les conditionnements" avec "des mini-formats pour des mini-tablées et des mini-budgets", dit Marie-Pierre Pée, directrice du Cifog, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, et productrice de foie gras à Bourriot-Bergonce, dans les Landes. 

Cette période des fêtes de fin d'année est essentielle pour la filière puisque dans les supermarchés et commerces de bouche, 75% des volumes de foie gras sont écoulés aux mois de novembre et décembre. "Nous nous y étions préparé, la période de confinement du printemps nous disions heureusement que ce n'est pas pendant la saison festive, néanmoins ce n'était pas exclu", rajoute Marie-Pierre Pée.

Éviter les restes

Pour s'adapter à l'hypothèse de fêtes familiales plus restreintes, les formats proposés seront moins importants en volume : "Des tailles plus adaptées à des configurations de quatre ou six personnes. Il faut proposer des solutions prêtes à l'emploi, où les formats ne génèrent pas des restes compliqués à valoriser derrière." 

Il faut que les consommateurs soient au rendez-vous

Après le premier confinement, "je ne cache pas que la situation n'est pas anxiogène pour la filière. Ces mesures sont indispensables. Il faut être pro-actif, inventif. D'autres solutions voient le jour avec les restaurateurs qui vont proposer des paniers avec des terrines de foie gras, des initiatives de repas à emporter, les producteurs vendent à la ferme ou ont développé des solutions de livraisons via des plateformes. Il faut que les consommateurs soient au rendez-vous parce que c'est la filière, aussi, qui en a besoin", conclut la directrice du Cifog.

La filière foie gras, particulièrement pénalisée par les fermetures de restaurants, estimait en octobre que la pandémie de Covid-19 lui avait déjà fait perdre 50 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess