Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la région Occitanie (re)lance une filière locale de production de masques

Ce lundi la région Occitanie a livré 1,3 million de masques FFP2 à l'ARS. Des masques qui seront dispatchés dans les 14 hôpitaux de la région. Mais le conseil régional voit plus loin et veut que l'Occitanie soit en capacité de produire 30 millions de masques par mois à l'automne. Voici comment.

La région Occitanie a décidé de soutenir plusieurs PME de la région pour la fabrication de masques (photo d'illustration)
La région Occitanie a décidé de soutenir plusieurs PME de la région pour la fabrication de masques (photo d'illustration) © Maxppp - Thierry Thorel

Le conseil régional d'Occitanie l'avait annoncé dans son grand plan d'urgence économique, il a commandé 10 millions de masques chirurgicaux (essentiellement à la Chine). Une première livraison de masques FFP1 a eu lieu pour les établissements de santé comme les Ehpad via les départements. Une deuxième livraison a été effectuée ce lundi 20 avril, des FFP2 livrés cette fois-ci à l'Agence régionale de santé (ARS) qui est chargée de les dispatcher dans les 14 centres hospitaliers de la grande région. Mais la majorité de Carole Delga ne s'arrête pas là.

Relocaliser et produire 30 millions de masques par mois.

Le conseil régional d'Occitanie a décidé de développer une filière économique autour des masques chirurgicaux ou en tissus pour répondre à la demande liée au coronavirus. Il semble désormais acquis que la mise au point d'un vaccin prendra des mois et que les gestes barrière seront encore la norme après le déconfinement or il existe dans la région des entreprises qui travaillent dans ce secteur. Alors l'objectif est clair : que l'Occitanie produise 30 millions de masques par mois d'ici l'automne. 

Pour cela la collectivité actionne deux leviers : la fabrication de masques chirurgicaux en aidant au redémarrage de la seule entreprise qui en fabrique chez nous (Paul Boyé en Haute-Garonne) "Nous avons eu une réunion de travail samedi, nous en aurons encore une cette semaine, explique Carole Delga, l'idée c'est de pouvoir construire une nouvelle usine pour que les établissements Boyé fabriquent 25 millions de masques sanitaires par mois à partir d'octobre. Mais on fait en sorte qu'il y en ait pour le secteur sanitaire mais aussi pour le grand public"

On fait en sorte qu'il y en ait pour le secteur sanitaire mais aussi pour le grand public. Carole Delga

L'autre levier, ce sont les PME du Tarn (Tournier et fils), d'Ariège (Adient), du Gard ou de l'Hérault qui se lancent ou qui intensifient la production de masques grand public "homologués". Des masques en tissus lavables plusieurs fois, de ceux dont nous pourrions tous avoir besoin dans les prochaines semaines. 

Fournir la région et la France

La région Occitanie met 40 millions d'€ sur la table sous la forme d' aide technologique (quand il faut outiller pour la découpe, l'assemblage ou les fournitures), aide à l'investissement ou encore achat de la production. Cette filière de production de masques pourrait créer ou soutenir un millier d'emplois selon Carole Delga qui fait un calcul simple : "il y a en France des stocks de matériel médical à reconstituer mais aussi des entreprises qui voudront s'équiper de kit sanitaire pour leurs salariés. Or il n'y a que quatre entreprises qui fabriquent des masques chirurgicaux dans le pays". La président de la région Occitanie table sur une activité économique d'au moins un an, et peut-être plus si le risque épidémique devient notre quotidien.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess