Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le baril de pétrole américain est passé en dessous de zéro dollar, une première

-
Par , France Bleu

C'est du jamais vu sur le marché pétrolier américain. La valeur du baril a chuté en dessous de zéro. Les investisseurs ont cherché désespérément à se débarrasser de leurs stocks dans un marché saturé.

La chute spectaculaire du pétrole à New York est une conséquence du ralentissement économique causé par la pandémie de coronavirus.
La chute spectaculaire du pétrole à New York est une conséquence du ralentissement économique causé par la pandémie de coronavirus. © Maxppp - MATTHEW STAVER

En pleine pandémie de coronavirus, les investisseurs sont prêts à payer pour se débarrasser de leurs stocks. Le baril de pétrole brut coté à New York, qui s'échangeait encore à 60 dollars en début d'année et à 18,27 dollars vendredi soir, a finalement terminé à -37,63 dollars après un plongeon épique, jamais vu sur le marché pétrolier.

Chute brutale de la demande

Actuellement la moitié de la population mondiale est confinée. L'économie est à l'arrêt ce qui entraîne une chute brutale de la demande alors que les réserves sont pleines. Conséquence : les raffineurs se retrouvent avec des quantités de stocks sur les bras. Dans ce contexte de marché extrêmement déséquilibré, entre la chute de la demande et une offre surabondante, les producteurs se précipitent pour se décharger de leurs achats de pétrole

C'est "sans précédent" et "complètement irréel", remarque Louise Dickson, spécialiste du marché pétrolier pour le cabinet Rystad Energy. Le baril n'était jamais tombé en dessous de 10 dollars depuis 1983.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le retour à la normale sera difficile

Le marché du pétrole s'effondre depuis plusieurs semaines alors que les restrictions de déplacements dans de nombreux pays et la paralysie de nombreuses économies à cause de la crise du coronavirus ont fait fondre la demande. Les investisseurs s'attendent à pire encore puisqu'une profonde récession s'annonce dans le monde.

Selon l'Agence américaine de l'information sur l'énergie, les stocks de brut ne cessent d'augmenter depuis mi-janvier aux Etats-Unis et ils ont gonflé de 75 millions de barils au total pour atteindre plus de 500 millions de barils, ajoutant aux malheurs d'un marché qui débordait déjà d'or noir avant la pandémie de Covid-19.

Le cours du baril reprend un peu de force ce mardi matin en Asie, pour revenir légèrement au-dessus de zéro.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess