Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le cauchemar se répète pour le secteur de l'événementiel dans la Drôme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les rassemblements privés de plus de trente personnes seront interdits dès lundi dans les 69 départements classés en "zone d'alerte", dont la Drôme fait partie. Les mariages, anniversaires et autres fêtes sont concernés. Un coup dur voire fatal pour les professionnels de l'événementiel.

Les traiteurs drômois entrent dans une nouvelle période difficile. Image d'illustration.
Les traiteurs drômois entrent dans une nouvelle période difficile. Image d'illustration. © Radio France - Emmanuel Claverie

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a instauré une nouvelle restriction pour les 69 départements placés en "zone d'alerte". Les rassemblements privés de plus de trente personnes seront interdits dès lundi 28 septembre. La Drôme est concernée par cette mesure, et c'est un coup dur pour le secteur de l'événementiel.  Une "double peine" même pour Nicolas Zortian. Il est traiteur à Valence, son activité tourne autour des mariages, entre autres. 

Lui aussi devait se marier en octobre prochain. Il a appris la mise en place de cette nouvelle jauge de trente personnes par un de ses clients. "Après la prise de parole d'Olivier Véran, il m'a appelé pour me dire qu'il annulait son mariage, en octobre. Ensuite, c'est ma compagne qui m'a téléphoné pour m'annoncer que notre propre mariage était compromis", raconte-t-il.

Spirale infernale

Nicolas Zortian a déjà reporté une première fois son mariage, à cause de la crise sanitaire. C'est impossible pour lui et sa compagne d'envisager un soirée à moins de trente personnes, il faudra donc probablement reprogrammer une nouvelle fois le mariage. Désormais, il redoute que ses clients fassent le même choix, car les pertes liées au confinement sont déjà énormes. "En perte sèche, j'en suis déjà à 43 000 euros. Et c'est sans compter les annulations à venir. Un de mes clients organise un mariage avec 300 invités à la fin du mois d'octobre, s'il reporte lui aussi, il faudra ajouter 18 000 euros de perte.", détaille-t-il.

"Psychologiquement, c'est une catastrophe"

L'abattement est également palpable au Baron de Bayanne à Alixan dans la Drôme. Le site organise des spectacles mais accueille aussi des fêtes privées, comme les mariages et les anniversaires. Avec cette nouvelle jauge de trente personnes, les annulations tombent en cascade. "On remontait la pente doucement, et voilà que nous sommes de nouveau pénalisés, s'insurge Philippe, directeur artistique. On ne peut pas louer un lieu comme le nôtre pour trente personnes. Nos clients avaient réservé pour 100 à 150 invités." Le site est donc contraint de suspendre son activité de location de salle. Ce qui pénalisera par conséquent les traiteurs et les DJs notamment. "Psychologiquement, c'est une catastrophe pour les équipes. On ne sait pas quand ni comment on pourra reprendre", déplore le directeur artistique. Comme beaucoup de ses confrères, il exige des informations plus précises de la part du gouvernement.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess