Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le chômage partiel appliqué aux salariés en arrêt de travail pour garde d'enfant dès le 1er mai

-
Par , France Bleu

Les salariés en arrêt de travail pour garde d'enfant et les personnes les plus susceptibles de développer une forme grave du coronavirus, seront considérés comme étant au chômage partiel à partir du 1er mai annonce le ministère du Travail dans un communiqué ce vendredi.

A partir du 1er mai, les personnes en arrêt de travail pour garde d'enfant seront considérées comme en chômage partiel (illustration)
A partir du 1er mai, les personnes en arrêt de travail pour garde d'enfant seront considérées comme en chômage partiel (illustration) © Maxppp - Fabien Cottereau/PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

"Près de 9 millions de salariés sont aujourd'hui au chômage partiel" a indiqué le ministre de l'Economie Bruno Le Maire ce vendredi. A partir du 1er mai les salariés arrêtés pour garde d'enfant et les personnes les plus susceptibles de développer une forme grave du Covid-19 seront aussi concernés par ce dispositif.

Dans un communiqué  diffusé ce vendredi, le ministère du Travail précise qu'ils "percevront une indemnité à hauteur de 70% du salaire brut, soit environ 84% du salaire net. Ces montants seront portés à 100 % du salaire pour les salariés rémunérés au niveau du SMIC. Cette indemnité sera versée au salarié à l’échéance normale de paie par l’entreprise, qui se fera intégralement rembourser par l’Etat dans les mêmes conditions que le reste de l’activité partielle." 

Les indépendants, fonctionnaires et contractuels pas concernés

Ces salariés dépendent actuellement d'un autre dispositif et perçoivent une indemnité un peu plus importante, 90% de leur salaire. Mais le basculement dans le chômage partiel doit permettre "d’éviter une réduction de l’indemnisation" selon le ministère : "sans cette mesure, le niveau d’indemnisation des salariés aurait diminué pour atteindre 66% du salaire après 30 jours d’arrêt pour les salariés justifiant d’une ancienneté inférieure à 5 ans, par exemple."

Les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les agents contractuels de droit public en arrêt de travail ne sont pas concernés par cette mesure.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess