Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le chômage partiel demandé pour quatre millions de salariés

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu
France

Le recours du chômage partiel a été demandé par 400.000 entreprises pour quatre millions de salariés soit un salarié sur cinq, a annoncé la ministre du travail, Muriel Pénicaud, le jeudi 2 avril. Un dispositif rendu nécessaire par la crise du coronavirus et le confinement.

De nombreuses demandes de chômage partiel dans le domaine de la construction.
De nombreuses demandes de chômage partiel dans le domaine de la construction. © AFP - SAMUEL HENSE

Paralysée par les mesures de confinement et l'épidémie de covid-19, 400.000 entreprises françaises ont demandé à bénéficier du chômage partiel, a annoncé Muriel Pénicaud le jeudi 2 avril. Cela représente 4 millions de salariés au total soit un salarié sur cinq (du secteur privé), selon la ministre du travail.

Les principaux domaines concernés sont "l'industrie, l'hébergement et restauration, la construction et le commerce non alimentaire", comme "les garages, qui sont très touchés en ce moment", a précisé la ministre.

Les embauches se sont effondrées

L'objectif du chômage partiel est d'éviter les licenciements, malgré la baisse, voire l'arrêt de l'activité des entreprises. Muriel Pénicaud affirme qu"'on a très peu d'augmentation pour l'instant", avec "20.000" inscriptions au chômage "de plus" lors de "la troisième semaine de mars par rapport à l'année dernière".

En parallèle de la chute de l'activité économique, les embauches se sont effondrées, selon Muriel Pénicaud, "de 70%", "sauf dans certains secteurs qui sont la fabrication de masques, l'agriculture".

Sur la mise en oeuvre pratique du dispositif, la ministre du travail affirme que "toutes les demandes qui n'ont pas eu de réponse en 48 heures sont réputées acquises et on fera les contrôles a posteriori", après la crise sanitaire.

Un engagement du gouvernement pour une prise en charge totale

Le 13 mars, Emmanuel Macron avait annoncé que l'État prendrait en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux. La ministre du Travail assurait de son côté que le chômage partiel pour cause de coronavirus serait pris en charge "intégralement"

Selon les engagements du gouvernement, le dispositif de "chômage partiel" prévoit une indemnisation des salariés correspondant à 70 % de leur rémunération brute horaire et une allocation pour les entreprises - 7,74 euros par heure chômée pour celles employant jusqu’à 250 salariés et de 7,23 euros pour celles comptant 251 salariés et plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu