Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le confinement pèse sur le budget alimentation des familles mayennaises

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Vous l'avez sans doute remarqué sur votre ticket de caisse : la facture de vos courses a augmenté depuis le début du confinement. Mais le nombre de produits dans votre chariot est aussi plus important.

Image d'illustration, courses en supermarché.
Image d'illustration, courses en supermarché. © Radio France - Radio France

Le confinement ce n'est pas très économique pour les familles, en tous cas en terme d'alimentation. D'après une étude de l'Institut Iri, spécialisé dans l'analyse des données des produits de grandes consommations, le panier moyen en hyper et supermarché a bondi de 89% la semaine dernière. Cela ne veut pas forcement dire que les prix ont augmenté, cela signifie surtout que l'on achète plus, et en plus grande quantité, notamment les familles avec plusieurs enfants, qui ne mangent plus à la cantine cinq jours par semaine.

On mange tous ensemble le midi, chose qui n'est pas habituelle 

C'est le cas dans la famille de Florence à Laval, quartier du Gué d'Orger. Autour de la table, deux adultes et quatre enfants de 16 mois, 6 ans, 15 ans et 17 ans. Florence estime qu'elle dépense entre 250 et 300 euros par semaine en courses depuis le début du confinement, contre moins de 200 euros par semaine auparavant. Une augmentation de près de 100 euros par semaine. Mais comme elle économise aussi environ 100 euros par semaine en carburant, les deux budgets s'équilibrent.

On fait plutôt des économies parce qu'à côté on ne dépense pas du tout, en vêtements, carburant. Personne n'est tenté d'acheter quoi que ce soit

Florence habite à Laval, quartier du Gué d'Orger

Autre exemple dans cette famille mayennaise aux revenus modestes. Pour sa part, elle fait peu d'économies à côté, car les parents n'ont pas de voiture et n'ont pas forcement les moyens de multiplier les sorties habituellement. Le budget nourriture pèse donc lourd sur les finances pour cette famille, composée de deux adultes et trois enfants de 5, 10 et 15 ans, même si elle ne paiera pas la cantine pendant les semaines de confinement.

Ils ont de l'appétit. Les enfants mangent plus, d'habitude ils sont à la cantine quand il y a école. Là on est cinq à manger matin, midi et soir.

Reportage dans une famille du quartier des Pommeraies.

J'achète en gros, et je mets dans mon congélateur.

La facture monte vite, car les produits les moins chers sont souvent les premiers partis. Cette famille est donc obligée d'acheter des produits d'autres marques, plus chers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu