Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le gouvernement veut consacrer un milliard d'euros à la relocalisation d'entreprises en France

-
Par , France Bleu

Un milliard d'euros seront consacrés à la relocalisations d'activités industrielles en France, dans le cadre du plan de relance qui sera présenté le 25 août en Conseil des ministres. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire l'a annoncé ce jeudi, à l'occasion d'une sortie au Pays basque.

Bruno Le Maire en visite au Pays basque, le 13 août 2020.
Bruno Le Maire en visite au Pays basque, le 13 août 2020. © AFP - GAIZKA IROZ

Aides aux entreprises, dette, relocalisation, épargne : depuis le Pays basque où il séjourne, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a dévoilé ce jeudi les premières mesures du plan de relance qui sera présenté le 25 août prochain. Un plan qui se chiffrera à hauteur de 100 milliards d'euros, destinés à soutenir les entreprises, avec l'objectif de "retrouver d'ici 2022 le niveau de développement que nous avions avant la crise, en 2019". Parmi ces premières mesures, donc : un milliard d'euros destiné à relocaliser des entreprises en France.

"Produire en France des produits indispensables à notre indépendance"

Cette somme servira à "financer des appels à projet pour les entreprises qui voudraient relocaliser", a déclaré le ministre lors d'une visite aux douaniers à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques). Il a précisé qu'il pouvait s'agir d'une nouvelle chaîne ou ligne de production et que cela pourrait concerner "toute entreprise industrielle qui voudrait relocaliser son activité en France".

"Relocaliser, ce n'est pas faire revenir des productions à faible valeur ajoutée en France", a-t-il cependant nuancé alors que les industries ont souvent délocalisé pour faire des économies. "Relocaliser, c'est produire en France des produits qui sont indispensables à notre indépendance, je pense par exemple à des médicaments, des principes actifs de médicaments ou alors développer de nouvelles chaînes de valeur sur lesquelles nous avons toutes les compétences et tous les savoir-faire pour réussir", a expliqué Bruno Le Maire. Il a donné en exemple la voiture électrique pour laquelle des batteries vont être produites en France ainsi que des chaînes de traction.

Trois milliards pour soutenir la trésorerie des entreprises

Autre mesure dévoilée par Bruno Le Maire, trois milliards d'euros pour "le soutien au financement des entreprises", alors que des petites et moyennes entreprises (PME) ont notamment souffert de la crise. "Beaucoup de PME étaient en bonne santé financière avant la crise et auront les ressources pour rembourser leurs prêts", a-t-il expliqué, "mais pour certaines, l'endettement est un sujet majeur que nous voulons prendre à bras le corps : comment retrouver de la croissance et innover, en étant endetté ?"

Les entreprises, pour avoir les fonds propres nécessaires, bénéficieront de divers instruments : "soit des obligations convertibles, soit des prêts participatifs", a précisé le ministre de l'Economie.

Le plan de relance comportera plusieurs volets, dont les grandes lignes ont été présentées par le Premier ministre Jean Castex, avec 30 milliards fléchés sur la transition écologique, dont une partie se recoupe avec 40 milliards d'euros consacrés à l'industrie. Ce plan, qui sera adossé au budget de l'État pour 2021, comprend aussi un volet "compétences" et un volet "solidarité", pour 20 milliards chacun. Environ 40 milliards d'euros sur les 100 milliards devraient venir des 390 milliards d'euros de subventions du plan de relance européen.

-
- -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess