Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le MIN de Nantes tourne au ralenti

-
Par , France Bleu Loire Océan

À cause du coronavirus, l'activité du Marché d'intérêt national de Nantes a fortement baissé. Certains commerçants spécialisés dans la vente de gros comme les fleuristes ont dû arrêter. Avec la fermeture des restaurants et des marchés les professionnels du MIN doivent s'adapter.

Le MIN de Nantes est le deuxième marché de gros en France après Rungis
Le MIN de Nantes est le deuxième marché de gros en France après Rungis © Maxppp - Franck Dubray

Avec cette crise sanitaire du coronavirus, les commerçants sont touchés de plein fouet. Le marché d'intérêt national de Nantes n'est pas épargné. C'est le deuxième marché de gros en France derrière Rungis (banlieue parisienne). Le MIN de Nantes c'est environ 150 grossistes.

40 000 euros de pertes"

Au MIN de Nantes qui se situe à Rezé, impossible de croiser un fleuriste et pour cause : ils ont déserté les lieux. Il ne reste que les grossistes qui vendent de la nourriture mais pour eux aussi c'est compliqué. François Chartier est le dirigeant de la franchise Promocach. "Un tiers de produits frais seront perdus" regrette t-il, "ça représente 40 000 euros de pertes sèches. On va être obligé de taper dans la trésorerie et de mettre en place tous les dispositifs de chômage partiel." 

Certains réussissent à s'adapter

Parmi ceux qui souffrent le plus, il y a les commerçants qui travaillent avec les restaurateurs, "pour ces professionnels c'est environ 80% de commandes en moins" d'après le directeur du MIN Amaury Hanotaux. Les vendeurs de fruits et de légumes sont aussi en difficulté avec la fermeture des marchés. Mais le patron du MIN explique que certains commerçants innovent pour continuer à vendre "l'entreprise Graines d'ici a multiplié ses commandes par cinq. Elle fonctionnent différemment en allant directement livrer aux clients".

Pour traverser cette crise du mieux possible les producteurs veulent renforcer les liens avec les GMS (grandes et moyennes surfaces). Une réunion est prévue à Nantes prochainement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu