Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le moral des chefs d'entreprises est au plus bas

-
Par , France Bleu Paris

Depuis le début du confinement, la crise économique fragilise de très nombreuses entreprises. Pour soutenir et guider les dirigeants dans la difficulté, les Centres départementaux d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises multiplient les rendez-vous anonymes et gratuits.

Les chefs d'entreprises ont le moral à zéro
Les chefs d'entreprises ont le moral à zéro © Maxppp - Klaus Ohlenschlager

"J'ai quand même assez souvent des dirigeants qui sont en larmes", constat alarmant dressé par Thierry Bacquet, président du Centre départemental d'Information sur la Prévention des difficultés des entreprises à Paris (CIP). La crise économique engendrée par le coronavirus touche tous les secteurs d'activités. Les bénévoles des CIP peuvent détecter les fragilités mentales et orienter les patrons vers un soutien psychologique.

La peur de l'avenir 

"Les angoisses sont liées d'une part aux difficultés économiques et d'autre part à l’incertitude de ce qui va se passer demain", précise le président du CIP 75. Le moral des dirigeants est au plus bas. "Il y a la solitude, l'impression d'être en échec, ils se disent qu'il faut absolument faire quelque chose pour leurs salariés et leur famille", raconte Maurice Malaizé, ancien juge du tribunal de commerce de Versailles et bénévole au CIP 78. "Dès que l'on ressent qu'un chef d'entreprise est en détresse psychologique, nous l'orientons vers un psychologue qui pourra le recevoir gratuitement."

Des écoutes multipliées par cinq

Depuis le début de l'épidémie, les rendez-vous pour apporter une aide au chef d'entreprise ont été multipliés par cinq. "Au départ, les entretiens du jeudi avaient lieu une fois par semaine, maintenant, nous pouvons répondre tous les jours, même le dimanche", explique Thierry Bacquet. Des visioconférences anonymes et gratuites assurées par un expert comptable, un avocat et un ancien juge de tribunal de commerce. Un trio de spécialistes qui peut balayer toutes les questions que se pose un patron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu