Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le PIB baissera en France au quatrième trimestre 2020

-
Par , France Bleu
France

Le produit intérieur brut (PIB) français va de nouveau baisser au dernier trimestre 2020 du fait des restrictions décidées pour faire face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, a confirmé ce lundi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Le PIB français va de nouveau baisser au dernier trimestre 2020, a confirmé ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
Le PIB français va de nouveau baisser au dernier trimestre 2020, a confirmé ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. © Maxppp - Luc Nobout

Face à l'épidémie de Covid-19 et les nouvelles mesures décidées en France pour lutter contre cette maladie, le produit intérieur brut (PIB) français va de nouveau baisser au dernier trimestre 2020, a confirmé ce lundi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Il assure également que les secteurs déjà fortement affectés par la crise sanitaire seront suivis de façon hebdomadaire.

"Je vous confirme qu'après un rebond que nous attendons autour de 16% au troisième trimestre 2020, la croissance sera négative au quatrième trimestre en 2020", a-t-il déclaré à l'Assemblée durant l'examen du projet de Budget pour 2021. Vendredi, le ministre avait prévenu que le PIB risquait de baisser au quatrième trimestre après la décision du gouvernement d'étendre le couvre-feu, qui concerne désormais 54 départements et la Polynésie, souligne l'AFP. Au deuxième trimestre déjà, le PIB a chuté de près de 14% notamment avec la chute de la consommation des ménages pendant le confinement.

Les filières les plus touchées par la crise suivies de près

Le couvre-feu pénalise plusieurs secteurs d'activité, déjà fortement affectés par la crise sanitaire, comme l'hôtellerie-restauration, l'évènementiel ou la culture. Devant les députés, le ministre a donc indiqué qu'il allait réactiver le suivi hebdomadaire des filières les plus touchées avec les partenaires sociaux et les élus locaux. 

"Nous adapterons tous nos dispositifs à la gravité de la situation économique" tant que l'épidémie se poursuivra, a-t-il promis, alors que le gouvernement a déjà renforcé le soutien public  aux secteurs les plus pénalisés par le couvre-feu. Par ailleurs, alors que des scientifiques appellent à un reconfinement, même partiel, Bruno Le Maire affirme qu'il proposera "d'augmenter les crédits des dispositifs de soutien à notre économie, si de nouvelles mesures sanitaires devaient être prises dans les jours qui viennent".

Le gouvernement continue de tabler sur une récession de 10% de l'économie française cette année, avant un rebond de 8% l'an prochain, ajoute l'AFP.

Le plan de relance au menu des députés

Alors que les perspectives sanitaires et économiques s'assombrissent, les députés se penchent ce lundi soir dans l'hémicycle sur le plan de relance et ses milliards d'euros censés permettre à la France de rebondir face la récession.

Au total, 100 milliards d'euros ont été annoncés par le gouvernement jusqu'en 2022.
Le vote solennel de l'ensemble du budget est prévu le 17 novembre à l'issue de cette première lecture, pour une adoption définitive au Parlement au plus tard le 18 décembre.

Sur les 100 milliards d'euros, la mission "plan de relance" vise à débloquer 22 milliards d'euros de crédits en 2021, précise l'AFP. D'autres investissements figurent ailleurs, comme la revalorisation des carrières hospitalières, intégrée dans le budget de la Sécurité sociale, ou la baisse de 10 milliards des impôts de production des entreprises, votée en première partie du projet de loi de finances 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess