Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le président de la banque alimentaire de Charente-Maritime inquiet pour cet automne

-
Par , France Bleu La Rochelle

La banque alimentaire de Charente-Maritime n'a plus assez de bénévoles et de dons pour faire face à la demande. En cette rentrée 2020, le nombre de bénéficiaires va augmenter de 20% au mois d'octobre. Le président Robert Gaillard se dit inquiet, et épuisé.

Assemblée générale de la Banque Alimentaire 17 à Périgny le vendredi 25 septembre 2020
Assemblée générale de la Banque Alimentaire 17 à Périgny le vendredi 25 septembre 2020 © Radio France - Gérald Paris

A 78 ans, Robert Gaillard vient d'être réélu à la tête de la banque alimentaire de Charente-Maritime. Faute de volontaire pour prendre la relève, il reste après trois années à la tête de l'association, Robert Gaillard vit actuellement l'année la plus compliquée à cause du Coronavirus. Entretien pour France Bleu La Rochelle.

On nous annonce une hausse de 20% des bénéficiaires au mois d'octobre. On n'est pas prêt. - Le président de la banque alimentaire 17 -

France Bleu La Rochelle :  Avec 66 voix sur 73 votants, vous venez d'être réélu à la tête de l'association.

Robert Gaillard : Cela fait trois ans que je suis à sa tête. C'est pas faute de rechercher un remplaçant, les candidatures sont ouvertes, mais cette banque alimentaire vous tient aux tripes comme on dit. Il y a tellement de besoins, et de travail avec cette période de Covid, je ne peux pas les laisser tomber maintenant, même si j'ai 78 ans.

FBLR : Comment çà se passe pour la banque alimentaire de Charente-Maritime cette année. La COVID 19, le confinement, et de fortes demandes d'aides alimentaires aujourd'hui. Quel est l'état des lieux ?

Robert Gaillard : Il a fallu innover, s'adapter avec cette période particulière, trouver des solutions pour avoir des stocks de produits, mais aussi de l'argent pour pouvoir acheter des produits, ce qui n'est pas dans notre culture. Mais pour faire face à la demande en très forte augmentation, on n'avait pas le choix. Près de 2 millions 500 000 repas distribués en 2019, on ne sera pas loin des 3 millions cette année.

FBLR : Vous avez dit lors de l'assemblée générale à Périgny vendredi dernier. "On a distribué sans compter,  sans la crainte de devoir fermer derrière." 

Robert Gaillard : On a effectivement distribué sans compter, mais parce que on nous a donné l'autorisation de "piocher" dans des stocks européens. Habituellement, c'est interdit de le faire, c'est sous réserve, en attente. Mais nous avons considéré que c'était notre rôle de le faire, en insistant, j'ai finalement eu le feu vert du préfet, malgré les interdictions nationales et européennes.  

FBLR : Un préfet qui récemment a débloqué au nom de l'état une subvention exceptionnelle de 188 000 euros il y a 15 jours.

Robert Gaillard : Une subvention qui a fait beaucoup de bien. Il y a eu beaucoup de promesses faites auparavant, à d'autres niveaux, mais là, la parole a été tenue. C'est énorme, cela a permis d'acheter 100 tonnes de stocks. 

FBLR : Dans le même temps, vous faites face à une baisse très importante des dons européens. Environ moins 40%. Compliqué là aussi.

Robert Gaillard : C'est un recul énorme. Ce n'est pas le bon moment en plus. Les crédits européens ne doivent pas baisser. Si il y a des économies à faire, ce ne sont pas les bénéficiaires qui doivent "trinquer" une fois de plus.

FBLR : Avec des cas de Coronavirus de plus en plus présents un peu partout en France, êtes-vous inquiet pour votre association dans les semaines à venir ?

"On se retrouve dans l'impossibilité de donner des solutions à des gens qui sont dans le besoin"- Le président de la banque alimentaire 17 -

Robert Gaillard : Très inquiet et épuisé, parce qu'avec un manque de bénévoles, une vingtaine sur 80 inscrits, il a fallu être sur le pont, compenser ce manque de bras. Du coup, pas de vacances cet été. En plus, on nous annonce une hausse de 20% de bénéficiaire au mois d'octobre. On n'est pas prêt. Cela va craquer. Dans deux semaines, tous les présidents départementaux de banque alimentaire de la région se retrouveront à Bayonne et Biarritz. On va tenter de trouver des solutions communes. Mais je ne vous cache pas qu'il y a beaucoup d’inquiétude. Cette période, c'est du jamais vu, et c'est épuisant. On se retrouve dans l'impossibilité de donner des solutions à des gens qui sont dans le besoin.     

Si vous souhaitez aider l'association, en devenant bénévole ou en faisant des dons, leur site internet est ici. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess