Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : Le Puy-en-Velay sans ses pèlerins du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Le Puy-en-Velay, France

Ce début du mois d’avril sonne généralement le début de la saison du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle dont le passage par la Haute-Loire et Le-Puy-en-Velay est une étape obligée.

Les pèlerins absents du Puy-en-Velay le temps du confinement.
Les pèlerins absents du Puy-en-Velay le temps du confinement. © Maxppp - PHILIPPON JOEL

Ils sont des milliers à traverser la ville à partir des beaux jours du printemps mais avec le confinement généralisé il n’y a donc plus personne sur les chemins et c’est tout une économie locale qui souffre. D’ordinaire chaque année, à cette période au mois d’avril, les pèlerins se font plus nombreux explique l’évêque du Puy, Monseigneur Luc Crepy : "En ce moment on aurait des départs de pèlerins par dizaines et par dizaines chaque matin !"

Mais les chemins sont fermés et les professionnels qui accueillent d’ordinaire les pèlerins également. Au "Relais du pèlerin", il y a 27 lits, occupés à moitié d’ordinaire en avril et à 90% au mois de mai. Edmond Pontier, l’un des responsables assure que "même pour ouvrir au mois de mai il faudra faire attention à ne pas trop exposer les accueillants qui sont essentiellement des retraités. Il ne faudra pas faire n'importe quoi dans ce domaine-là". 

La chance de l’Accueil St-Jacques est d’être une association qui tourne avec des bénévoles. Il n’y a pas de frais tant qu’il n’y a pas de pèlerins. Des visiteurs qui font tourner l’économie du Puy car ce sont "des gens qui vont manger en ville et ce sont les locaux qui vont en subir les conséquences". 

Exemple au Bilboquet, un hôtel habitué à voir les pèlerins remplir ses chambres et son restaurant. Michel Pialoux est le patron de 6 salariés au chômage partiel :"Il y a encore beaucoup à payer pour ce mois-ci et s'il n'y a pas de rentrées... c'est un mois de perdu et ça ne se rattrape pas." Autre exemple de malchance, quelques kilomètres de là, à Saint-Vincent, "l’Auberge du pèlerin" a ouvert ses portes au début du mois de mars pour profiter de cette clientèle. C’était quelques jours avant l’annonce du confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu