Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le redémarrage de la centrale de Flamanville repoussé “de plusieurs semaines”

Flamanville, France

Avec l’épidémie de coronavirus, la centrale nucléaire de Flamanville est passée en service minimum. La direction du site table sur un nouveau retard pour le redémarrage de ses deux réacteurs, à l'arrêt depuis plusieurs mois.

Nouveau retard pour le redémarrage des réacteurs 1 et 2 de la centrale de Flamanville (à gauche)
Nouveau retard pour le redémarrage des réacteurs 1 et 2 de la centrale de Flamanville (à gauche) © Maxppp - Jonathan KONITZ

La centrale nucléaire de Flamanville n’a pas été épargnée par l’épidémie de coronavirus. Une quarantaine de cas, avérés ou suspects, ont été détectés. Vingt-deux salariés sont toujours malades. Un service en particulier a été touché : le service prévention des risques.  

Service minimum 

Pour enrayer la propagation du virus, la direction a activé le 16 mars son plan pandémie. Concrètement, le site tourne avec des effectifs réduits au maximum soit 300 salariés. C’est quatre fois moins qu’en temps normal.  

Le redémarrage des réacteurs à nouveau retardé  

Ce service minimum va encore repousser le redémarrage des deux réacteurs de la centrale, qui multiplient les pépins. Le réacteur numéro un est stoppé depuis septembre dernier et le numéro deux est à l’arrêt depuis plus d’un an pour maintenance. 

Au début du mois de mars, avant les premières mesures de confinement, EDF espérait produire de l’électricité fin mai. Aujourd’hui, la direction table sur un retard supplémentaire de “plusieurs semaines”

L'ASN surveille à distance

En attendant, la centrale fait ses devoirs. Pointé du doigt par l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour un manque de rigueur, le site de Flamanville rappelle les protocoles à son personnel, qu’il soit sur place ou en télétravail. Le gendarme du nucléaire a suspendu ses visites, confinement oblige, mais surveille à distance les progrès de la centrale manchoise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu