Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Agnès St Gès, la présidente du Tango Bourges Basket est inquiète pour les saisons à venir

-
Par , France Bleu Berry

Les dernières recrues du Tango Bourges basket ont été présentées à la presse en visio-conférence ce vendredi, c'est là aussi une grande première. Au delà du recrutement, c'est l'impact au niveau économique qui inquiète Agnès St Gès, la présidente du club Berruyer

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Jean Louis Gorce

Le club du Tango Bourges basket restera, eu égard à son palmarès, un club emblématique. C'est l'une des raisons invoquées par les nouvelles recrues quand la question est posée : " Pourquoi avoir signer à Bourges ? ". La jeune meneuse internationale Alix Duchet (22 ans) en provenance de Lattes-Montpellier, mais aussi une autre internationale, Magaly Mendy (30 ans) en provenance de Gérone et enfin Laëtitia Guapo (24 ans) qui arrive tout droit de Charnay en Bourgogne, sont toutes fières et heureuses de pouvoir porter le maillot de Tango Bourges lors de la prochaine saison.

Agnès St Gès, présidente du Tangos Bourges Basket : "Nous pouvons parler de pertes en centaine de milliers d'euros."

Ce recrutement a été bouclé bien avant cette crise sanitaire mondiale précise la présidente du Tango Bourges Baske Agnès St Gès. Elle n'est pas forcément inquiète pour la saison à venir sachant que la crise économique est naissante mais c'est surtout pour les saisons futures : "On sait très bien qu'il y aura un impact terrible sur nos partenaires (150). On sait que pour la plupart, ils vont mettre de nombreux mois ou de nombreuses années pour revenir à l'équilibre et s'ils arrivent à revenir à l'équilibre...Du coup, nous pouvons parler en ce qui concerne notre budget de pertes en centaine de milliers d'euros. Cet un impact énorme pour un budget comme le nôtre (3,5 M£). Et malgré cette crise du Covid-19, nous n'avons pas fait marche arrière en ce qui concerne notre recrutement qui était bouclé à la mi février." Les fonds propres et donc les capitaux propres vont permettre au club Berruyer de passer cette saison 2020-2021 grâce à une bonne gestion. 

"Il va falloir des mois voir des années pour revenir à notre budget initial qui est de 3,5 M£." Agnès St Gès, présidente du Tango Bourges Basket.

Mais pour les saisons suivantes, Agnès St Gès est plus pessimiste : " Une fois que nous aurons entamé nos réserves financières, il sera beaucoup plus difficile de les reconstituer. Notre projet Tango Bourges Basket 2024 qui avait pour objectif de voir notre budget passer de 3,5M£ à 4M£ est caduque en raison de cette crise sanitaire mondiale. Je me dis du coup qu'il va falloir des mois voir des années pour revenir au budget initial de 3,5M£." 

Sportivement, les Berruyères et les Lyonnaises devraient se retrouver à Paris à la mi septembre pour disputer la finale de la Coupe de France 2020. Mais tout cela est bien sur lié à l'évolution, espérons le, favorable de cette crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess