Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'entreprise nîmoise Léo Minor se lance dans la production de masques et surblouses

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Léo Minor cette entreprise basée à Nîmes et spécialisée dans les vêtements professionnels techniques, a répondu à l'appel de la préfecture du Gard pour produire des masques et des surblouses.

Léo Minor se situe dans le parc Kennedy à Nîmes
Léo Minor se situe dans le parc Kennedy à Nîmes © Radio France - Mélodie Viallet

Léo Minor est une entreprise familiale installée à Nîmes depuis une vingtaine d’années (elle a 40 ans). Elle est spécialisée dans la conception et la fabrication de vêtements techniques : uniformes de pompiers et policiers, tenues de combat pour les militaires, etc. Mais avec la crise du coronavirus, l'entreprise a revu sa production.

Reportage au coeur de l'atelier Nîmois de Léo Minor

50.000 surblouses et plus de quatre millions de masques 

Suite à une demande de la sous-préfète du Vigan, Joëlle Gras, les dirigeants de Léo Minor ont décidé de se lancer dans la conception de masques grand public et de surblouses réutilisables, notamment pour les professionnels de santé.  Quelque 50.000 surblouses sont en cours de production et plus de quatre millions de masques. 

Le gros de la production se fait au Maroc mais quelques masques sont fabriqués à Nîmes, au siège de l’entreprise dans le parc Kennedy.  Et ce moment à Nîmes entre 1.500 et 2.000 masques sont produits chaque semaine. 

"Nous ne nous sommes pas inscrits comme des profiteurs de guerre." (William Berrebi)

William Berrebi le fondateur et gérant de Léo Minor

La production de ces masques est vendue, "mais ils sont vendus à des prix marché, en-deçà d'un euro pour les masques et moins de 11 euros pour les sur-blouses", précise  William Berrebi le fondateur et gérant de Léo Minor. "C'est l'application d'un taux de marge industriel tout à fait étroit et raisonnable". 

L'essentiel de la production est vendu dans la région Occitanie, notamment des surblouses au CHU de Nîmes, chez des dentistes ou encore dans des maisons de retraites du Gard. Il n'y a pas de vente directe pour les particuliers

Une sur-blouse de Léo Minor
Une sur-blouse de Léo Minor © Radio France - Mélodie Viallet
Habituellement Léo Minor produit et fabrique des vêtements professionnels
Habituellement Léo Minor produit et fabrique des vêtements professionnels © Radio France - Mélodie Viallet
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu