Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les entrepreneurs et les artisans du bâtiment ne veulent pas être " des kamikazes "

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

En Moselle, en raison du coronavirus, quasiment tous les chantiers du BTP sont à l'arrêt. Les entrepreneurs mosellans demandent un délai pour reprendre leurs activités. Ils espèrent aussi que l'Etat tiendra ses promesses en terme de chômage partiel.

Travaux (illustration)
Travaux (illustration) © Radio France - Gildas Menguy

Les entreprises et artisans du bâtiment en Moselle tapent du poing sur la table. Ils ne comprennent pas la position des autorités et de l'Etat qui leur demandent de poursuivre ou de reprendre leurs activités  au plus vite. 

Depuis le début de semaine, la quasi totalité des chantiers sont à l'arrêt dans le département, par mesure de précaution. C'est le cas notamment au Stade St Symphorien avec la construction de la nouvelle tribune

La fédération du BTP de Moselle (1200 entreprises et 13 000 emplois) explique que les mesures " barrière"  contre la propagation du Coronavirus sont parfois difficilement applicables sur les chantiers. Les masque de protection manquent aussi. Pour son président Pierre Schaeffer, " il faut un délai de 15 jours " pour les que l'on s'organise. Après il sera possible, dans certaines conditions, de reprendre le travail ". 

Le président de la fédération du BTP 57 Pierre Schaeffer

De son côté, la CAPEB de Moselle (900 entreprises et 2500 emplois), la confédération de l'artisanat et du bâtiment, redoute que les mesures de chômage partiel ou technique ne s'appliquent à son secteur. Sa directrice Violaine Philippe reçoit beaucoup d'appels de ses adhérents inquiets par cette éventualité. Certains mettent en avant un possible chantage de l'état

Violaine Philippe, la directrice de la CAPEB de Moselle

En Moselle, le bâtiment emploie plus de 20 000 personnes 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu