Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les garagistes sur le pont en mode ralenti

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Parmi les professions toujours actives en cette période de confinement : les garagistes. Ils font partis des métiers dits essentiels à la Nation. Mais dans les faits leur activité est réduite.

Peu de voitures sur les ponts dans les ateliers depuis le 17 mars, début du confinement
Peu de voitures sur les ponts dans les ateliers depuis le 17 mars, début du confinement © Radio France - Stéphanie Berlu

Nous avons perdu 80 à 90 % de débit client”. Le constat est clair chez Norauto à Mondeville. Peu de véhicules dans les ateliers depuis deux semaines. Hyacine Kaddouh, le responsable de garage, est aujourd’hui à la tête d’une équipe réduite depuis les mesures de confinement. D’une trentaine de salariés sur site en temps ordinaire, l’effectif a été divisé par cinq. En cette période de coronavirus et de solidarité vis-à-vis des professions indispensables, son atelier propose d’ailleurs une prestation 'remise à niveau' (huile, liquide de frein….) "gratuite pour les soignants et autres métiers indispensables. Sur présentation d’une carte professionnelle” dit-il.

Des pannes mais peu d’entretien

Depuis le 17 mars et la France mise au ralenti, il y a deux profils de clients avec des besoins différents. “Tout d’abord les personnels de santé ou des commerces qui ont absolument besoin de leur véhicule” détaille Hyacine Kaddouh, mais aussi “des personnes confinées dont les véhicules ne roulent pas beaucoup. Et qui ne démarrent plus à cause des températures assez fraîches. Nous faisons jusqu’à vingt batteries par jour” détaille le responsable de l’enseigne spécialisée dans le dépannage. Il conseille aux automobilistes de faire tourner régulièrement leur moteur pour recharger ces batteries mises à mal en cette période de déplacements (quasi) inexistants

Un peu à l’écart de l’agglomération caennaise, Christophe Levesque est garagiste à Cheux. Il a mis sa secrétaire et ses deux mécanos au chômage partiel. Il peut en effet gérer seul les maigres interventions “quelques batteries, des crevaisons. Surtout de l’urgence. Et un peu d'entretien de véhicules pour des habitants du village, qui peuvent me les laisser puisqu’ils sont en télétravail” détaille-t-il. Une activité au ralenti en raison, aussi, de difficultés pour trouver les pièces de rechange. “Heureusement mon principal fournisseur vient de rouvrir” confie le garagiste. 

Une chaîne incomplète 

Dans cet immense mécano de la réparation automobile, les plateformes de pièces détachées pour les professionnels sont incontournables. Comme l’entreprise Ragues qui compte de multiples points de ventes dans le grand Ouest.  “Après une fermeture la première semaine, nous avons rouvert lundi dernier” explique Pierre Ragues, le dirigeant de l’entreprise familiale. “Il y a eu beaucoup d'échanges avec des secteurs professionnels et les ministères. La difficulté est de déterminer ce qui est indispensable. Des plaquettes de freins oui mais une vidange pas forcément. La demande est forte, mais nous avons aussi nos propres difficultés avec nos fournisseurs”. L’entreprise Ragues tourne au ralenti, avec une quarantaine de salariés (télétravail compris) sur un effectif global de 270. Ses comptoirs sont fermés et les clients viennent récupérer les marchandises à l’extérieur. Ou sont directement livrés. Signe d’une filière qui roule à (très) bas régime en attendant la fin du confinement. 

Dans ce contexte de réparations limitées à l’essentiel, le gouvernement a d’ailleurs décidé de reporter de 3 mois les dates limites pour les contrôles techniques. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu