Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les hôteliers de Barcelone appellent à l'aide

-
Par , France Bleu Roussillon

Le secteur de l'hôtellerie a perdu 850 millions d'euros sur les six derniers mois à Barcelone à cause de la pandémie de coronavirus. Les patrons d'établissements réclament un plan de sauvetage.

En pleine crise sanitaire du coronavirus, les touristes ont déserté Barcelone
En pleine crise sanitaire du coronavirus, les touristes ont déserté Barcelone © Maxppp - Quique Garcia

C'est un mot qui revient sans cesse dans la bouche des hôteliers de Barcelone : "vide". En cette fin septembre, 75% des établissements sont toujours fermées dans la capitale catalane à cause de la pandémie de Covid-19. Une situation critique qui ne risque pas de s'améliorer. Les quelques hôtels ouverts sont déserts. Les taux d'occupations dépassent encore les 90% d'habitude en septembre. Cette année, ils stagnent à peine à 10%.

"C'est triste, il n'y a personne." Arturo Soler feuillette son cahier de réservation presque vide : "nous avons 195 chambres dans l'hôtel et pour l'instant, il y en a uniquement quinze d'occupées." Le directeur de l’hôtel Pere IV non loin de la Sagrada Familia souligne la situation très préoccupante du secteur à Barcelone depuis le début de la crise sanitaire. 

Vers une fermeture définitive ?

Les professionnels de l’hôtellerie réclament de toute urgence un plan de sauvetage. "Nous ne pourrons plus payer les salariés d'ici quelques mois. À partir de l'an prochain s'il n'y a pas de l'argent qui entre dans les caisses ce sera très compliqué" admet Arturo Soler. Les aides financières réclamées par le secteur permettraient de lui offrir une bouffée d'oxygène. Les directeurs d'hôtels craignent l'avenir et redoute de devoir fermer définitivement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess