Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "Les hôteliers de Strasbourg vont perdre jusqu'à 70% de chiffre d'affaire" selon leur président

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La double peine pour les hôteliers et restaurateurs du Bas-Rhin. Un couvre feu est instauré dès le 23 octobre minuit et le marché de Noël de Strasbourg se tiendra sans chalet. La réaction de Pierre Siegel, président des hôteliers restaurateurs de la capitale alsacienne.

Les restaurants vont devoir fermer dans le Bas-Rhin à 21 heures.
Les restaurants vont devoir fermer dans le Bas-Rhin à 21 heures. © Maxppp - Jean-Marc LOOS

"Sur le fond, on s'y attendait", reconnaît fataliste, Pierre Siegel, le président des hôteliers restaurateurs de Strasbourg, après l'annonce de la municipalité de Strasbourg d'organiser un marché de Noël sans chalet. "N'étant pas médecin moi-même, je ne vais pas commenter la décision. Ce qui nous a mis en colère, c'est la forme. On a reçu un appel dix minutes avant la conférence de presse."

Strasbourg capitale de Noël sans les chalets, ça veut dire moins de chiffre d'affaire. Les pertes liées au marché de Noël vont s'ajouter aux autres. "Moins 15% pour le marché de Noël. On a déjà subi l'annulation des sessions parlementaires à Strasbourg, les touristes qui ne sont pas venus. En tout sur 2020, on aura une perte de chiffre d'affaire de 60 à 70 %."

Les hôteliers et restaurateurs attendent plus d'aides

Quant au couvre feu, le président des hôteliers restaurateurs de Strasbourg a du mal à accepter les horaires mis en place. "Je ne comprends pas que de 20 heures à 21 heures on puisse aller au restaurant, mais que de 21 heures à 22 heures, on ne puisse pas." Par ailleurs, cette annonce intervient à un mauvais moment dans la semaine. "C'est un mépris complet des professionnels qui ont un frigo plein avant le week-end."

Pierre Siegel, le président des hôteliers restaurateurs de Strasbourg attend "des aides massives et sonnantes et trébuchantes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess