Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les masques bretons des Celluloses de Brocéliande dans les rayons des supermarchés dès cet été

-
Par , France Bleu Armorique

Spécialiste dans les couches pour bébés et dans les protections hygiéniques pour femmes, l'entreprise Celluloses de Brocéliande basée à Ploërmel, dans le Morbihan, fabrique des masques chirurgicaux et FFP2. Cet été, nous pourrons les trouver dans les rayons des magasins Intermarché.

Un masque FFP2 produit par les Celluloses de Brocéliande.
Un masque FFP2 produit par les Celluloses de Brocéliande. © Radio France - Lucie Amadieu

Après les couches pour bébés et les protections hygiéniques pour femmes, l'entreprise Celluloses de Brocéliande produit ses propres masques. Depuis octobre 2020, l'usine située à Ploërmel dans le Morbihan, fabrique des masques FFP2 et chirurgicaux pour constituer le stock de l'État. D'ici quelques semaines, les masques chirurgicaux seront accessible à tous. Ils seront mis en vente dans les rayons des Intermarché.

Produire des masques n'est pas une première pour les Celluloses de Brocéliande. En 2007, l'entreprise avait acheté une ligne de production pour fabriquer des masques FFP2 pour se protéger de la grippe aviaire, puis de l'épidémie H1N1. En 2010, la ligne de production est arrêtée et rangée dans un coin, faute de clients. Quand la pandémie de Covid-19 sévit en 2020, l'entreprise relance sa production et investit dans cinq lignes de production : trois pour les masques FFP2 et deux pour les masques chirurgicaux.

Les cinq lignes de production : trois pour les masques FFP2 et deux pour les masques chirurgicaux.
Les cinq lignes de production : trois pour les masques FFP2 et deux pour les masques chirurgicaux. © Radio France - Lucie Amadieu

De plus en plus de concurrents...

Pendant la pandémie, de nombreuses entreprises ont converti tout ou partie de leur activité pour produire des masques. Ceux fabriqués à l'étranger ont continué d'affluer et le directeur de l'usine ne se fait pas d'illusion. Le prix de ses masques sera plus élevé que ceux importés. « On va trouver au fil des mois et des années des moyens de se rapprocher du coût de production des concurrents étrangers mais il y a des charges incompressibles, reconnaît Patrick Viseux, le patron de l'usine. Ce qui permettra un alignement des prix, même s'il sera difficile à obtenir à 100%, c'est le fait d'avoir de plus en plus de producteurs de matières premières en France ». Patrick Viseux compte aussi sur la qualité de ses produits.

... et de moins en moins d'acheteurs ?

La pandémie de coronavirus s'arrêtera bien un jour, peut-être n'aurons-nous plus besoin de porter de masques ? Pour le patron des Celluloses de Brocéliande le marché ne risque pas de se tarir de si tôt. «Je pense que les gens ont pris un certains nombres d'habitudes, à l'avenir on verra de plus en plus de personnes porter des masques comme dans les pays asiatiques. Il y a quelques années vous vous seriez baladés dans la rue avec un masque, tout le monde changeait de trottoir. Demain quand on sera sorti de la pandémie, je pense que les gens qui auront des petits symptômes grippaux porteront un masque et ils seront bien vus ! Cela prouvera que la personne a le sens de la protection d'autrui. » L'entreprise morbihannaise produit 5 millions de masques par semaine, elle espère en fabriquer 300 millions chaque année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess