Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Chômage partiel, reports de charges : les mesures pour les entreprises et les salariés

-
Par , France Bleu

Le gouvernement a précisé, ce vendredi, les mesures annoncées jeudi soir par Emmanuel Macron pour faire face aux conséquences économiques de l'épidémie de coronavirus. Chômage partiel, report de charges pour les entreprises, télétravail... Les mesures coûteront des dizaines de milliards d'euros.

Les entreprises sont durement touchées par la crise du coronavirus.
Les entreprises sont durement touchées par la crise du coronavirus. © Maxppp - Alexis Sciard

"Tous les moyens nécessaires" à la santé des Français seront employés "quoi qu'il en coûte", a dit Emmanuel Macron ce jeudi soir lors de son allocution télévisée. Le Président a annoncé plusieurs mesures pour aider les salariés et les entreprises touchés par cette crise sanitaire, qui ont été précisées ce vendredi par les membres du gouvernement.

Les entreprises durement touchées 

L'urgence sanitaire se double en effet d'une urgence économique : d'abord frappées par la mise à l'arrêt d'usines chinoises, qui ont perturbé les chaînes d'approvisionnement, les entreprises font désormais face à une chute de la demande, provoquée par les mesures de confinement prises par plusieurs pays. En France, l'accélération de l'expansion de l'épidémie et les fortes restrictions déjà appliquées dans les foyers épidémiques ont affecté le quotidien des citoyens. Les secteurs du tourisme, de la restauration, de l'événementiel et des transports sont déjà particulièrement touchés.

"Des dizaines de milliers d’entrepreneurs aujourd’hui souffrent terriblement du choc économique et de la crise du coronavirus", a rappelé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire ce vendredi midi. "Nous sommes totalement à leurs côtés", a-t-il dit.

"Nous n'ajouterons pas aux difficultés sanitaires la peur de la faillite pour les entrepreneurs, la peur du chômage et l'angoisse des fins de mois difficiles pour les salariés", a affirmé le président de la République jeudi soir lors de son allocution télévisée.

Un dispositif "exceptionnel et massif" de chômage partiel 

Emmanuel Macron a donc annoncé un mécanisme "exceptionnel et massif" visant à "protéger les salariés et les entreprises", notamment par la mise en place de chômage partiel. "L'État prendra en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux", a-t-il promis, quel qu'en soit le coût. 

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a aussi assuré, ce vendredi matin, que l'Etat prendrait en charge "intégralement" le chômage partiel demandé par les entreprises pénalisées par la propagation du nouveau coronavirus.

Toute personne en chômage partiel gardera son emploi, et "les personnes qui sont en chômage partiel toucheront 70% de leur salaire brut, soir 84% de leur salaire net", a rappelé Muriel Pénicaud ce vendredi midi. "Ça va permettre d'éviter des vagues de licenciement, et ça va concerner l'ensemble des entreprises, qu'on ait un salarié ou qu'on soit une grand entreprise, c'est possible pour toutes les entreprises", a-t-elle indiqué. 

Jeudi soir, 5.117 entreprises avaient demandé à bénéficier du chômage partiel pour un total de 80.000 salariés et un coût de 242 millions d'euros, selon le gouvernement.

Des reports de charges massifs pour les entreprises 

Les entreprises vont aussi pouvoir bénéficier de reports de charges. "Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité, le paiement des cotisations et impôts dus en mars", a annoncé Emmanuel Macron. "Les échéances qui sont dues dans les prochains jours et les prochaines semaines seront suspendues pour toutes celles et ceux qui en ont besoin", a-t-il ajouté. "Tant que la crise durera, il y aura report", a confirmé le ministre de l'Économie Bruno le maire ce vendredi matin sur BFMTV.

Les entreprises incitées au télétravail 

Pour ne pas interrompre leur activité, les entreprises sont fortement incitées à privilégier le télétravail. Le télétravail est possible pour "à peu près un emploi sur trois", a estimé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, vendredi sur franceinfo.

Des mesures qui vont coûter des dizaines de milliards d'euros

Au total, les mesures annoncées par le gouvernement français pour faire face à la crise économique provoquée par le coronavirus "coûteront des dizaines de milliards d'euros", a prévenu le ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Il a promis de faire "tout ce qui est nécessaire et même plus".

Le gouvernement souhaite un plan de relance européen 

"J'ai demandé au gouvernement de préparer d'ores et déjà un plan de relance national et européen cohérent avec nos priorités et nos engagements pour l'avenir", a déclaré Emmanuel Macron jeudi soir. L'Europe doit réagir "vite et fort", a-t-il insisté. "Nous, Européens, ne laisserons pas une crise financière et économique se propager, nous réagirons fort et nous réagirons vite, l'ensemble des gouvernements européens doit prendre les décisions de soutien de l'activité puis de relance, quoi qu'il en coûte", a-t-il dit.

Bruno Le Maire a à nouveau souligné, ce vendredi, le besoin pour les Européens de "préparer un plan de relance coordonné (...) pour que dès que nous serons sortis de la crise, la machine économique redémarre le plus rapidement possible".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess