Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les plus précaires pourront-ils continuer à retirer leurs aides sociales à La Poste ?

-
Par , France Bleu

En raison de l'épidémie de coronavirus, le versement des aides sociales en France (RSA, APL, AAH...) sera automatiquement renouvelé. Les personnes les plus défavorisées - qui n'ont pas compte en banque - vont-elles pouvoir continuer à aller à La Poste pour retirer leurs prestations ?

Un bureau de Poste en France (illustration)
Un bureau de Poste en France (illustration) © Sipa - Jean-Luc Flémal / BELGA MAG / Belga

Lundi 6 avril. C'est à cette date que le prochain versement des prestations sociales se fera pour les quatre millions d'allocataires qui en bénéficient : revenu de solidarité active (RSA), allocation aux adultes handicapés (AAH), allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH), aides au logement (APL) et l'ensemble des aides sociales versées sous condition de ressources par les Caisses d'allocations familiales (CAF).

En raison de l'épidémie de coronavirus, ces aides sociales qui nécessitent habituellement des déclarations de ressources régulières seront versées automatiquement par les Caisses d'allocations familiales aux personnes "dans l'incapacité" d'actualiser leur situation durant la période de confinement, a annoncé vendredi le gouvernement.

Le gouvernement assure travailler à des solutions pour les plus précaires

"Le problème, ce n’est pas le versement de l’argent, ce sont les personnes les plus défavorisées qui n'ont pas de compte en banque car elles sont interdits bancaires, par exemple. Il faut bien que ces personnes puissent retirer physiquement leurs aides en allant à La Poste comme d'habitude", souffle à France Bleu un conseiller du ministère des Solidarités et de la Santé.

Or, en pleine épidémie de coronavirus, La Poste a restreint ses activités en fermant de nombreux bureaux : il n'y en a plus que 1.600 d'ouverts sur les 8.000 que compte la France. Et les plages horaires sont réduites avec un accueil du public restreint.

Plusieurs questions se posent alors. D'abord, comment faire en sorte que l'accueil dans les bureaux de poste - souvent confinés - se fasse dans de bonnes conditions sanitaires (distanciation sociale, gestes barrières...) ? Et ce, autant pour les allocataires que pour les salariés de l'entreprise. En somme, une problématique proche des bureaux de vote au premier tour des élections municipales.

Ensuite, comment les plus défavorisés pourront-ils se rendre à La Poste si le bureau le plus près du domicile est fermé et celui qui est ouvert se trouve à des dizaines de kilomètres ? 

Enfin, quelle case cocher sur l’attestation de sortie pour éviter une amende ?

Autant de questions qui restent, aujourd'hui, sans réponse. "On est en train de travailler dessus pour que ça se passe dans les meilleures conditions", assure-t-on du côté du ministère.

"Anticiper les retraits d'argent au guichet"

Olivier Besancenot, l'une des figures du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), a interpellé l'exécutif sur Twitter et a appelé à "anticiper les retraits d’argent au guichet de la Poste notamment pour les personnes qui en ont peu.... ne serait-ce que pour se nourrir, elles et leurs familles". 

Et celui qui est aussi salarié de La Poste s’inquiète quant aux prestations sociales que les gens vont venir retirer aux guichets : "Là ça va être un drame. Il y a des gens qui sont en chien et qui en ont besoin pour vivre. Ce n'est pas une petite blague. Il faut l’anticiper."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu