Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les syndicats de PSA demandent la fermeture du site de Belchamp et d'Hérimoncourt

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Alors que PSA a annoncé la fermeture de plusieurs de ses sites en France face à l'épidémie du coronavirus, certains ateliers restent ouverts. Dans une lettre adressée ce lundi à la direction des Ressources Humaines du constructeur automobile, l'intersyndicale demande la fermeture totale des sites.

L'aire de chocs (crash tests center) du constructeur automobile PSA Groupe sur le centre technique de Belchamp
L'aire de chocs (crash tests center) du constructeur automobile PSA Groupe sur le centre technique de Belchamp © Maxppp - Lionel VADAM

Dans le nord Franche-Comté, le site de PSA Sochaux est désormais fermé. La direction avait annoncé lundi dernier qu'au vu de "l'accélération des cas graves de Covid-19 proches de certains sites de production, mais aussi des ruptures d'approvisionnement de fournisseurs majeurs, couplée à la baisse brutale des marchés automobiles" les ateliers sochaliens devaient être fermés dès le mardi au matin. En revanche, le site de Belchamp dédié à la Recherche et Developpement, ainsi que le site d'Hérimoncourt restent toujours ouverts. Les salariés qui ne peuvent pas faire de télétravail continuent de se rendre dans les ateliers dénoncent l'intersyndicale de PSA qui interpelle la direction des ressources humaines dans un courrier. 

Continuer pour préparer l'avenir?

Jusqu'à lundi dernier, sur le site de Belchamp, à Voujaucourt, environ 1500 salariés se rendaient chaque jour sur le site spécialisé dans la R&D. Depuis, seuls les métiers qui ne peuvent pas effectuer de télétravail sont appelés à se rendre dans les ateliers, notamment là où sont testées les voitures. Crash-test, essais sur moteur, essais pollution. Désormais, selon les estimations du syndicat, entre 100 et 200 salariés de Peugeot n'ont donc d'autre choix que de se rendre sur place. "La direction nous a expliqué que nous devions rester pour préparer l'avenir" explique Damien Geoffroy, secrétaire CGT sur le site de Belchamp. "Je ne savais pas que nous étions si essentiels" ironise l'élu syndical. 

Des salariés et leur entourage qui ne comprennent pas la décision de PSA

"Je ne vous cache pas que nous travaillons dans un climat anxiogène" confie Damien Geoffroy, secrétaire CGT sur le site de Belchamp. "_Nous devons nous-même nettoyer nos outils de production_, la société nous fournit des lingettes, des gants. Les poignées de porte sont nettoyées par une entreprise spécialisée" détaille le représentant du personnel. Mais pour lui, cela ne suffit pas : "certains d'entre nous ont exprimé leur souhait d'exercer leur droit de retrait. Il nous a été signifié que cela serait considéré comme un abandon de poste".  Dans un courrier adressé à la direction des RH du constructeur automobile, l'intersyndicale précise que "les salariés viennent sur site la boule au ventre, dans l'incompréhension d'un entourage familial qui leur reproche le caractère non productif et dangereux d'une telle situation". 

Les cinq organisations syndicales de PSA demandent ainsi la fermeture de tous les sites en France, y compris donc ceux de Belchamp et d'Hérimoncourt afin de mettre les "salariés et leur entourage en sécurité"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu