Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les taxis n'ont presque plus de clients

-
Par , France Bleu Paris

Les taxis aussi pâtissent de l'épidémie de coronavirus. Les franciliens réduisent les sorties, les touristes restent chez eux. Certains chauffeurs font même le choix d'arrêter leur activité.

Le Coronavirus provoque une baisse d'activité économique en Île-de-France et certains chauffeurs de taxi franciliens estiment perdre 50% de leur chiffre d'affaire par jour.
Le Coronavirus provoque une baisse d'activité économique en Île-de-France et certains chauffeurs de taxi franciliens estiment perdre 50% de leur chiffre d'affaire par jour. © Radio France - Nathanael Charbonnier

Ils n'ont pas peur de prendre des clients mais leur problème c'est qu'il n'y en a plus. Les aéroports sont vides, les Franciliens ne sortent plus, les touristes non plus. Les taxis peinent à travailler à cause du Coronavirus, comme ils l'ont confié à France Bleu Paris.

Sept heures d'attente pour une seule course

Les Franciliens réduisent les sorties, les touristes restent chez eux et les aéroports se vident... les chauffeurs se retrouvent du coup à attendre les clients à Orly ou Roissy pendant 6 ou 7 heures... C'est le cas de ce conducteur qui vient de perdre presqu'une journée de travail : "C'est dur hier je suis monté à Roissy à 10h30, j'ai attendu pendant sept heure là-bas, pour une seule course!" Et tous constatent une baisse de l'activité .

La Fédération Nationale des Artisans du Taxi constate également qu'en Île-de-France il y a une chute du chiffre d'affaire des taxis, notamment sur Paris "C'est différent pour les taxis en milieu rural qui continuent de travailler mais comme il n'y a presque plus de touristes, toutes les grandes villes, notamment la capitale, sont concernées par la baisse d'activité." 

Moins de vie économique aussi, de rendez-vous à honorer et moins de sorties le soir, ce chauffeur de taxi n'a presque plus de clients la nuit : "Les restos, les théâtres  y rien, donc il y a une baisse très très importante de revenus!"

50% de chiffre d'affaire en moins

Ridah, 32 ans de métier derrière lui constate une baisse de 50% de son chiffre d'affaire : " Il y a moins de touristes, _moins d'avions qui arrivent ou qui partent_, forcément ça se ressent sur l'activité. Les taxis travaillent juste pour payer les frais d'essence et de location des voitures, donc certains préfèrent arrêter."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu