Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 3000 chambres d'hôtel déjà annulées à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Les tour opérateurs chinois ont tous annulé leur voyage à Dijon pour le mois de février dans une quarantaine d'hôtels. Un vrai manque à gagner pour ces hôteliers : vue la période, en basse saison, cette perte est pour le moment impossible à rattraper avec d'autres réservations.

La place de la libération à Dijon et la mairie.
La place de la libération à Dijon et la mairie. © Radio France - Carlos Rodrigues

Le tourisme chinois se développe depuis plusieurs années en Côte-d'Or. Depuis 2015, les Chinois représentent même la première clientèle des hôtels dijonnais. Leur absence se fait donc d'autant plus remarquer. Et depuis l'arrivée du coronavirus, les annulations s'enchaînent. 3.000 chambres d'hôtel ont déjà été annulées par les tour opérateurs. "Et malheureusement ce n'est pas fini", regrette Patrick Jacquier, le président de l'Union des métiers de l'industrie hôtelière (UMIH) en Côte-d'Or. 

"Pour le moment, ce sont des groupes qui annulent mais ceux qui viennent en individuel vont aussi commencer à faire la même chose." Au Comfort Hôtel à Longvic, 59 groupes ne viennent finalement plus. Même constat dans les hôtels gérés par Patrick Jacquier. Lui perd pour le moment 20.000 euros sur le mois de février. 

Pas d'autres touristes en ce moment pour compenser 

Le problème, c'est aussi la période. Le mois de février fait partie de la basse saison ici, "on va donc le ressentir profondément parce qu'on aura beaucoup de difficultés à renouveler cette clientèle que nous n'aurons de toute façon pas" explique Patrick Jacquier. A partir d'avril ou mai, il sera plus facile de remplir les chambres finalement libérées. 

"Une chambre d'hôtel qui n'est pas louée est malheureusement perdue." - Patrick Jacquier, président de l'UMIH en Côte-d'Or

Mais les hôteliers ne sont pas les seuls à souffrir de ces annulations. Les restaurateurs aussi les subissent. A l'Anshu, par exemple, à Dijon, la moitié du restaurant sera fermée pour le mois de février. Elle est d'habitude réservée aux groupes de touristes chinois. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu