Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Il faut suspendre les plateformes de livraison de repas", demande un livreur parisien

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les livreurs n'ont pas cessé le travail depuis la mise en place du confinement. Pour ceux qui se déplacent à vélo, la CGT appelle à la grève, ce vendredi, pour protester contre le maintien des plateformes de livraison qui selon elle met en danger les salariés.

La CGT appelle les livreurs à vélo à faire grève ce vendredi
La CGT appelle les livreurs à vélo à faire grève ce vendredi © AFP - LIONEL BONAVENTURE

Ils sont encore les rares travailleurs à circuler longuement dans les rues. Les livreurs à vélo, de repas notamment, via les différentes plateformes de commande en ligne se disent très exposés au virus. "Confinons nos vélos", c'est le mot d'ordre lancé, ce vendredi, par la CGT qui appelle les coursiers en deux roues à cesser le travail. "Les commandes ont baissé de 40%", assure Vincent Fournier, livreur à vélo pour Deliveroo.

La santé en priorité

Ce membre du Clap, le collectif de livreurs parisiens, n'enfourche plus sa monture face à la diminution d'activité. "J'ai arrêté pour ça, mais aussi en raison du risque. Je fais passer ma santé avant mon chiffre d'affaires." Ses inquiétudes face au virus entretenues par un manque de moyens de protection. "Il n'y a pas de moyens pour se protéger. Les masques sont réservés aux soignants."

De son côté Deliveroo assure mettre "gel et masques à la disposition de ses livreurs" et, quand elle n'en a pas, elle assure qu'elle rembourse l'achat de protections contre un justificatif à hauteur de 25 euros. 

Le problème c'est qu'il est difficile de trouver des masques et du gel à acheter aujourd'hui.  

De nombreux restaurateurs ne respecteraient pas les mesures de sécurité

Pour poursuivre leurs activités, les plateformes en ligne de livraison de repas ont apporté des garanties au gouvernement, selon Vincent Fournier, mais la réalité est toute autre. "Les distanciations ne sont pas bien appliquées, les restaurateurs doivent normalement déposer les commandes dans les sacs des livreurs. Ce n'est pas respecté dans les trois-quarts des cas."

Une fois la commande en route, il faut ensuite livrer le client. "En rentrant dans un immeuble, c'est au moins dix zones de contact", et donc autant de risque d'être contaminé ou de contaminer les lieux, selon le livreur qui réclame la mise entre parenthèses de ces services. "Il faut suspendre les plateformes et indemniser les livreurs."

Deliveroo rappelle qu'elle "suspend les clients, restaurateurs et livreurs ne respectant pas les consignes de distanciation sociale".

La plateforme indique aussi qu'elle a "un fond exceptionnel pour indemniser les livreurs en cas de mise en quarantaine ou de contamination par le Covid-19".

Le service est-il essentiel ?

Dans son communiqué, la CGT demande l'arrêt des différentes plateformes, malgré la livraison de masques aux livreurs. "Nous nous interrogeons sur la pertinence de maintenir cette activité de livraison alors que tous les professionnels de santé manquent de matériel de protection". 

C'est le second appel à la grève lancé aux livreurs à vélo après celui du 27 mars 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu