Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : moins d'accidents, de plus en plus de Covid, les pompiers du Nord s'adaptent

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

L'activité des pompiers du Nord est en baisse de 30% en cette période de confinement. Il y a, par exemple, beaucoup moins d'accidents de la route. Les interventions pour détresse respiratoire sont, en revanche, en hausse de plus de 45%. La CGT dénonce le manque d'équipements.

Les interventions des pompiers du Nord chutent de 30% en cette période de confinement, mais les interventions sur des suspicions de Covid-19 se multiplient (photo d'illustration)
Les interventions des pompiers du Nord chutent de 30% en cette période de confinement, mais les interventions sur des suspicions de Covid-19 se multiplient (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

En cette période d’épidémie de coronavirus, les activités des pompiers évoluent d'heure en heure. Dans le Nord, confinement oblige, elles sont en baisse de 30% par rapport à la même période l’an dernier. Il y a par exemple moins d’accidents de la route. Si l’on compare le nombre d’interventions quotidiennes à celui de la même époque l’an dernier, la diminution est nette : près de 150 en moins.

Et pourtant, un type d’intervention explose : celui pour détresse respiratoire, 45% en plus. En un mois, les pompiers du Nord se sont déplacés plus de 600 fois pour des suspicions de Covid-19, qui  représentent désormais un quart des interventions des soldats du feu

On se bat contre un virus invisible

Des interventions que les pompiers découvrent. "Pour le feu, le gaz, on est formés, aguerris", reconnaît Quentin Deveylder, secrétaire général de la CGT au sein du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) du Nord, "aujourd'hui on se bat contre un virus invisible. On se pose des questions".

ECOUTEZ : Quentin Deveylder, secrétaire général de la CGT du SDIS du Nord

Manque d'équipements

La CGT dénonce le manque d'équipements pour se rendre sur ces interventions : masques, lunettes, blouses, comme dans tous les autres services publics, ils sont en quantité insuffisante selon Quentin Deveylder, qui pose également la question de la décontamination des tenus d'intervention : "normalement, l'employeur doit mettre une laverie départementale à disposition, ce n'est pas le cas. Donc, c'est machine à laver classique, chez nous, en famille".

Environ 20% des pompiers professionnels du Nord sont mis au repos, car le nombre de d’interventions est en baisse. Mais ils sont prêts à venir en renfort en cas d'accentuation de l'épidémie dans le département, tout comme, bien sûr, les pompiers volontaires. "Sur l'effectif, il y a de l'anticipation, nous sommes prêts à affronter des pics gravissimes", conclut Quentin Deveylder. 

ECOUTEZ : les pompiers du Nord prêts à affronter le pic épidémique

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu