Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : PSA se dit en mesure de faire repartir ses usines, pas encore de date annoncée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Besançon

Après avoir pris une série de mesures sanitaires, le constructeur PSA assure ce vendredi étudier "un calendrier de reprise progressive et sécurisée" de ses usines en Europe. Aucune date n'a encore été annoncée.

L'entrée de l'usine PSA à Sochaux (photo d'illustration)
L'entrée de l'usine PSA à Sochaux (photo d'illustration) © Radio France - Sébastien Baer

Le constructeur automobile français PSA, qui comme le reste du secteur voit ses usines à l'arrêt depuis plusieurs jours face au coronavirus, s'est dit vendredi en mesure de les faire repartir progressivement après avoir pris une série de mesures sanitaires.

"Un calendrier de reprise progressive et sécurisée est à l'étude", a annoncé le groupe dans un communiqué, assurant avoir réuni les "conditions préalables à une reprise des activités" dans ses usines, situées en Europe.  

Usines à l'arrêt depuis mi-mars

Comme d'autres géants de l'automobile - Renault, Volkswagen, Fiat et Toyota - PSA avait suspendu à la mi-mars l'activité de ses usines européennes à la suite des mesures de confinement contre le Covid-19.

Le constructeur dit avoir élaboré depuis, en lien avec ses syndicats, une série de mesures d'ordre sanitaire qui permettent à ses employés de reprendre le travail sans risque pour leur santé.

Désinfection toutes les 60 minutes

"A titre d'exemple, ce protocole prévoit la prise de température, le port du masque sur site avec dotation individuelle quotidienne, mais aussi le respect des distances entre personnes dans les salles de réunion, à chaque poste ou dans les zones de pause avec marquage au sol", énumère le groupe.

Il évoque aussi "le maintien des portes ouvertes - sauf portes coupe-feu - afin d'éviter le contact avec les poignées, le nettoyage et la désinfection des outils et surface de travail toutes les 60 minutes, un temps d'attente de trois heures lors de tout échange de pièces" main à la main.

Pas encore de calendrier de reprise

Le groupe ne détaille pas encore le calendrier de reprise du travail dans ses usines, chaque site étant soumis à un audit destiné à garantir que les mesures sont suffisantes.

"Nous ne ferons aucun compromis sur la santé de nos salariés, afin que le redémarrage industriel nécessaire à la pérennité de l'entreprise puisse se faire dans des conditions optimales", promet Carlos Tavares, président du directoire de PSA, cité dans le communiqué.

Sochaux se prépare à redémarrer l'activité

A Sochaux, le Conseil économique et social (CSE) s’est réuni ce vendredi matin. La direction confirme que "le protocole sanitaire de renforcement des gestes barrières sera déployé à Sochaux pour préparer la reprise", "la date n’est pour l’heure pas définie".

Mais "le management se prépare à la reprise en déployant ces mesures sur le terrain". "Le CSE sera informé au préalable d’une reprise lorsque toutes les conditions seront réunies pour garantir la santé du personnel".

Pas de redémarrage avant la fin de l'épidémie (CGT Sochaux)

Selon la CGT du site de Sochaux, la direction aurait démenti lors du CSE "la date de reprise du 6 avril annoncée par certaines entreprises sous-traitantes et repris par quelques personnes".

Le syndicat exige de "ne pas redémarrer l’usine temps que cette épidémie ne sera pas dernière nous" et réclame aussi "l’arrêt immédiat du site de Belchamp actuellement encore en activité".

"Faire redémarrer la production prématurément, et maintenir l’activité sur Belchamp, alors même que le conseil scientifique préconise 6 semaines de confinement total, activité non essentielle à la population, c’est mettre en danger les salariés et leur entourage", estime la CGT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu