Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : quand une entreprise mosellane rivalise d'ingéniosité pour poursuivre son activité

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le groupe Gocel, basé à Montigny les Metz, propose notamment des réparations à distance. Son patron a aussi élaboré un cahier des charges numérique pour sécuriser les interventions de ses dépanneurs.

Il faut réparer cette vieille chaudière tombée en panne
Il faut réparer cette vieille chaudière tombée en panne © Radio France - Thomas Nougaillon

En raison du Coronavirus et du confinement, beaucoup d'entreprises ont dû cesser leur activité. Dans le BTP, notamment, 95% des chantiers ont été suspendus. Dans ce contexte,  certaines sociétés rivalisent d'ingéniosité pour poursuivre ou reprendre leur activité. A Montigny-les-Metz, le Groupe Gocel spécialisée dans le chauffage et la plomberie, qui emploie 290 salariés, s'occupe notamment de la maintenance de 70 000 logements sociaux de tout le Grand-Est. Malgré le Coronavirus, les dépannages se poursuivent.

Système D et outil numérique

Depuis 10 jours, une dizaine de dépanneurs du groupe Gocel, tous volontaires et en bonne santé, effectuent de nouveau, des réparations à domicile. Mais leur patron, Lionel Gocel, leur demande de respecter un protocole de sécurité très strict. Un cahier des charges numérique a d'ailleurs été établi. Et pendant chaque intervention, il doit être respecté à la lettre. 

On demande à l'ouvrier de checker les normes de sécurité : être seul dans son véhicule d'intervention, se laver les mains avant et après, respecter les distances de sécurité avec le client, désinfecter son matériel après le dépannage. Quant au client, lorsque le chantier est terminé, il donne une signature orale, pour éviter tout contact. 

Lionel Gocel précise que ce protocole numérique est d'autant plus indispensable que la société manque de masques. Ils ont été quasiment tous donnés au personnel soignant d'un hôpital messin. 

Après chaque intervention, Lionel Gocel reçoit sur son téléphone un rapport de son dépanneur Et s'il a scrupuleusement bien respecté les consigne des sécurité, il touche alors une prime de 50 euros brut

Depuis le début du confinement, le Groupe Gocel développe aussi une autre alternative : de la réparation à distance, avec hotline et tutos. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu