Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : quelles aides pour les entreprises de Bourgogne-Franche-Comté ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu Auxerre, France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le confinement face à la pandémie de coronavirus met la France à l'arrêt. Pour venir en aide aux entreprises et aux salariés, fortement touchés par la situation, l'Etat met en place un plan de 45 milliards d'euros. France Bleu fait le point pour les entreprises de Bourgogne-Franche-Comté.

Les restaurants, les hôtels et les cafés ont massivement recours au chômage partiel
Les restaurants, les hôtels et les cafés ont massivement recours au chômage partiel © Radio France - Aurélien Accart

Face à la pandémie de coronavirus et au confinement pour l'endiguer - 9e jour mercredi 25 mars 2020 - les entreprises françaises souffrent dans un pays à l'arrêt. Pour les maintenir à flot, le gouvernement a annoncé un vaste plan de mesures

Mardi 24 mars, la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté, l'Ursaff, la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) et la Direction régionale des finances publiques ont fait un point sur la situation des entreprises dans la région

Recours au chômage partiel 

Face à la crise du coronavirus, les entreprises peuvent avoir recours au chômage partiel. Il permet au salarié de bénéficier de 84% de son salaire net. L'employeur est remboursé par l'Etat dans les 15 jours - dans une limite de 4,5 fois le smic. En France, à date, 730.000 salariés en bénéficient. En Bourgogne-Franche-Comté, près de 1300  demandes ont été faites, ce qui concerne un peu plus de 33.000 salariés*.   

Dans la région, les secteurs les plus touchés sont ceux du tourisme, de l'hôtellerie-restauration, les agences de voyages, les entreprises de travaux de constructions spécialisées, le transport terrestre, le commerce de gros et de détail. De plus en plus d'industries font par ailleurs des demandes pour bénéficier du chômage partiel, notamment dans le domaine de la fabrication de produits métalliques. 

Pour les chefs d'entreprises qui souhaitent en bénéficier, la Direccte assure que la plateforme internet sera totalement opérationnelle vendredi 27 mars - le site a un peu saturé face à l'afflux en début de confinement. Le délai de réponse passe également de 15 jours à 48 heures. 

*Au 24 mars, de grandes différences existent entre les départements de la région en terme de demandes en chômage partiel. Le Doubs est le plus concerné, suivi de la Côte-d'Or et de la Saône-et-Loire. Cependant, les chiffres datant de la fin de la semaine dernière, et la situation évoluant très rapidement, il est trop tôt pour donner une tendance nette indiquent les instances de l'Etat. 

Reports de charges 

Pour conserver de la trésorerie en cette période difficile, les entreprises peuvent demander un report des charges fiscales et sociales - hors TVA. Cela concerne, toujours en prenant les chiffres avec des pincettes, plus de 1300 entreprises dans la région. Tous les entrepreneurs doivent avoir reçu un mail qui leur explique la marche à suivre pour bénéficier du report des charges. 

Le directeur de l'Ursaff pour la Bourgogne, Lionel Matz - qui s'exprime également pour la partie Franche-Comté, lance sur France Bleu un appel au "civisme économique". Selon lui, les entreprises qui peuvent payer ne doivent pas profiter de la situation pour décaler leurs paiements dans le temps : "C'est un dispositif destiné en priorité aux entreprises qui en ont le plus besoin. Si vous êtes en possibilité de payer les  cotisations, il est extrêmement important que vous le fassiez. Les encaissements servent à payer les pensions de retraites, les paiements d'assurances maladie, les allocations familiales".  

Ne nous voulons pas que ça se transforme en effet d'aubaine

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a également précisé que l'on pourrait aller, dans certains cas, jusqu'à des annulations de charges "quand il y a un risque de faillite" directement en lien avec la crise du coronavirus. Entre autres mesures, un fond de solidarité a également été créé pour bénéficier, jusqu'à 1500 euros, aux entreprises de moins de 10 salariés - avec un chiffre d'affaire inférieur à un million d'euros annuel. 

Liens utiles pour les entreprises et les salariés de Bourgogne-Franche-Comté

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu