Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : réaction des syndicats d'Amazon Saran

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

La justice s'est prononcée ce vendredi sur le cas d'Amazon France. L'obligation de réaliser une évaluation des risques dans les différents centres d'expédition dont celui de Saran (Loiret) a été confirmée en appel mais la restriction d'activité a été assouplie pour le géant de la vente en ligne.

Le site logistique Amazon à Saran
Le site logistique Amazon à Saran © Radio France - Stéphane Barbereau

La cour d'appel de Versailles a confirmé ce vendredi, la décision du tribunal judiciaire de Nanterre du 14 avril qui impose à Amazon France de restreindre son activité, en attendant de procéder à une évaluation des risques professionnels liés à l'épidémie de Covid-19. Sur le site d'Amazon à Saran (Loiret) le syndicat Sud-Solidaires qui est majoritaire, réagit. 

"La décision va plutôt dans notre sens"

"On est plutôt satisfait de voir que les questions de santé et de sécurité priment sur l'intérêt économique" explique Jean-François Bérot, le délégué syndical. "Il y a des méthodes à appliquer et ce n'est pas la méthode d'Amazon qui fonctionne, en l'occurrence celle-là est retoquée par les juges et par deux fois"."On s'attendait à un jugement mitigé qui aboutisse à un compromis, sauf que là le compromis est plutôt en notre faveur" poursuit Jean-François Bérot. 

Compromis en effet, puisque si sur ce point la cour d'appel de Versailles donne raison aux syndicats, elle assouplit dans le même temps les restrictions de livraison imposées à l'entreprise sur les produits qu'elle peut réceptionner, traiter et faire suivre, en cette période de crise sanitaire. Aux produits de première nécessité (alimentaire, hygiène, santé) s'ajoutent désormais les produits informatique et high-tech.

Pas de réouverture avant le début de semaine 

Le géant américain du commerce en ligne avait fermé ses six entrepôts en France dont celui de Saran (Loiret) dans l'attente des résultats de son appel. Il dispose désormais de 48 heures pour appliquer cette décision, qui a été assortie d'une astreinte de 100.000 euros (contre un million d'euros dans le jugement prononcé le 14 avril) par infraction constatée, durant un délai d'un mois. 

Amazon France avait demandé à ses salariés de rester chez eux jusqu'à ce samedi 25 avril inclus, mais pour Jean-François Bérot délégué Sud-Solidaires, "la réouverture n'interviendra pas avant lundi ou mardi prochain". Un comité social et économique central est convoqué pour le lundi 27 avril.

Aucune date n'est avancée en revanche du côté de la direction d'Amazon France qui a réagi dans un communiqué. "Nous allons évaluer dans les meilleurs délais les conséquences de cette décision pour notre activité ainsi que pour nos collaborateurs, pour les clients en France ainsi que pour les nombreuses TPE et PME françaises qui comptent sur Amazon pour développer leur activité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess