Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus: "S'il y a une nouvelle pandémie, il y aura une nouvelle pénurie de masques" selon Christian Curel

-
Par , France Bleu Hérault

Le Syndicat des fabricants de masques français en appelle au gouvernement pour que toutes les administrations, institutions et entreprises publiques achètent dès à présent des masques français. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Il demande un changement des critères pour les appels d'offre.

La société Prism fabrique des masques 100 % français à Frontignan
La société Prism fabrique des masques 100 % français à Frontignan © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Les fabricants de masques français font un appel pour qu'en France, on achète des masques fabriqués en France. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Le syndicat des fabricants de masques français dénonce le paradoxe dans lequel on se trouve aujourd'hui. La filière a été subventionnée par l'Etat, or, aujourd'hui, les administrations, les institutions et les entreprises publiques achètent majoritairement en Chine, car c'est moins cher. Seul le critère du prix est pris en compte dans les appels d'offre

L'Héraultais Christian Curel, président du Syndicat des fabricants de masques français et directeur général de PRISM, une société qui fabrique des masques à Frontignan (Hérault) demande à ce que ces critères soient modifiés pour intégrer des critères écologique, de qualité des masques et les garanties d'approvisionnement, "sinon on va revivre ce que l'on a vécu l'année dernière, c'est à dire que la France sera dépendante des pays étrangers et donc, s'il y a une nouvelle pandémie, il n'y aura pas de masques chez nous, comme ça a été le cas en février, mars, avril 2020."

Selon le syndicat, les entreprises françaises de masques ont une capacité de 100 millions de masques par semaine, la production représente aujourd'hui le tiers "puisqu'il n'y a pas de commandes" ajoute Christian Curel.

Le risque d'une menace de pénurie n'est pas le seul aspect, l'emploi est aussi au cœur des préoccupations de ces fabricants de masques. 10 000 emplois ont été créés a moment de la mise en place de cette filière, "dont un bon tiers sans qualification. Ces emplois vont clairement disparaitre" conclut le patron de Prism.

Christian Curel, président du syndicat des fabricants de masques français et patron de Prism

Christian Curel, président du syndicat des fabricants de masques français et patron de Prism

Choix de la station

À venir dansDanssecondess