Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : tous les commerçants ne pourront pas bénéficier du fond de solidarité

Emmanuel Macron a promis des aides, via un fond de solidarité, pour tous les commerçants et travailleurs indépendants dont l’activité est plombée par les mesures de confinements. Mais un critère d’attribution, certes allégé ce mardi, est jugé excessif par les intéressés.

Centre-ville désert à Caen, en période de confinement
Centre-ville désert à Caen, en période de confinement © Radio France - Francis GAUGAIN

Le mois de mars est terminé et c’est une première étape importante pour tous les commerçants et travailleurs indépendants impactés par les mesures de confinement. Ils vont pouvoir dresser un état des lieux de leurs pertes provoquées par les menaces de coronavirus. Et demander un versement du fond de solidarité promis par le gouvernement pour les TPE. Mais il y a des critères à remplir. Notamment une perte de 50 % du chiffre d'affaire par rapport à mars 2019. Un seuil initialement fixé à 70 % mais abaissé ce 31 mars par Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie. Cette barrière va toutefois en exclure certains.

Parmi les possibles exlu(e)s : Julie Lavagnini, étiopathe à Saint-Pierre-Église. “J’ai fermé le cabinet le mardi 17 mars. Donc j’ai travaillé 50 % du mois et à priori, je n’aurai rien, même si je vais quand même faire la demande. Il aurait fallu fixer un seuil à partir de la mi-mars quand les mesures de confinements ont été annoncées”. 

Autres cas encore plus compliqués : celui des créateurs de nouvelles entreprises. Mickaël Caugy est vendeur indépendant de voitures d’occasions, installé à Ifs. “J’ai créé ma société il y a six mois. Je ne peux évidemment pas fournir de documents sur mon chiffre d’affaire d’il y a un an ! Donc je n’attends rien du gouvernement pendant cette période de crise” explique celui qui vend une dizaine de voitures par mois. Ce marché est totalement à l’arrêt, “de toute façon les centres de contrôles techniques sont fermés” précise-t-il.

Certains espèrent des retouches

Deux semaines après l’annonce du fond de solidarité, les règles d’attributions semblent encore en cours d’ajustement, comme l'indique l'abaissement du seuil des 70 % de pertes par rapport au chiffre d'affaire de mars 2019. Des ajustements qui laissent dans l'incertitude  Rodrigue Clément, patron du salon “Rodrigue Coiffure” à Caen. “D’après mon comptable un  critère doit intervenir pour moi : les fermetures administratives", explique-t-il. “Moi dès le 14 mars, j’ai été dans l’obligation de fermer, comme les bars et les restaurants et toutes les activités jugées non indispensables. Ce critère de fermeture administrative est dans les tuyaux, mais pas encore confirmé.” confie le coiffeur, pour qui “cette aide de 1 500 euros est vitale ! Même si elle ne couvrira pas tout”. Selon le site du gouvernement, cette fermeture administrative fait l'objet des critères d'attributions mais l'information peine à arriver jusqu'aux professionnels concernés.

En Normandie, beaucoup d’indépendants, artisans et commerçants ne comprennent pas ce seuil de pertes imposé de manière uniforme à toutes les entreprises françaises. “En Ile-de-France et dans le Grand Est, les pertes de chiffre d’affaire ont commencé plus tôt, parce que les gens étaient déjà sensibles au confinement” estime Julie Lavagnini, l’étiopathe de Saint-Pierre-Église. “Dans le Cotentin, c’est arrivé plus tard. Quand le confinement a été imposé dans toute la France. Nos situations ne sont pas identiques”. 

Pour l'instant le seuil de 50 % de pertes de chiffres d'affaires doit aussi servir de base d'attribution pour le mois d'avril. Sachant que les mesures de confinements sont, au minimum, annoncées pour la première moitié du mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu