Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : trois milliards d'euros d’exonération de charges sociales pour les entreprises les plus touchées

-
Par , France Bleu

Gérald Darmanin annonce ce dimanche que le gouvernement va exonérer de trois milliards d'euros de charges sociales des entreprises particulièrement touchées par la crise du coronavirus, notamment dans les secteurs de la restauration, le tourisme, ou encore la culture et le sport.

Gérald Darmanin annonce l’exonération de 3 milliards d'euros de charges sociales pour les entreprises les plus touchées par la crise du Covid-19.
Gérald Darmanin annonce l’exonération de 3 milliards d'euros de charges sociales pour les entreprises les plus touchées par la crise du Covid-19. © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Trois milliards d'euros d’exonération de charges : c'est qu'annonce ce dimanche Gérald Darmanin pour les entreprises particulièrement touchées par la crise du coronavirus. 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics a précisé lors de l'émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI que le gouvernement va exonérer de trois milliards d'euros de charges sociales des entreprises de secteurs particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire.

Les secteurs de la restauration et du tourisme concernés

Ces nouvelles mesures représentent "trois milliards d'annulations de charges décidées par le président de la République, dans le secteur du tourisme, des arts et spectacles, de la restauration, de l'hôtellerie, de la culture, du sport", précise Gérald Darmanin.

Selon le Ministère de l'Économie et des Finances à l'AFP, deux types de situations peuvent amener les entreprises à être concernées par ces mesures. Premièrement "les entreprises à qui l'État a demandé de fermer ou dont l'activité a été fortement empêchée, comme les restaurants, les hôtels ou les coiffeurs"

Mais aussi "Les petites entreprises (jusqu'à 250 salariés pour les secteurs tourisme, hôtellerie, culture, événementiel et jusqu'à 10 salariés pour ceux fermés jusqu'au 11 mai comme les coiffeurs) de ces secteurs auront droit à une exonération de charges patronales pour la période durant laquelle ils ont été obligés de fermer".

Dans le secteur du tourisme, de l’événementiel, de la restauration ou de l'hôtellerie, cette période de fermeture représente quatre mois. C'est trois mois pour les entreprises qui ont pu rouvrir lors du déconfinement le 12 mai, comme les coiffeurs ou les boutiques de vêtements.

Près de 500.000 entreprises concernées

Selon le ministère, les exonérations concerneront "près de 500.000 entreprises". Toutes les autres entreprises pourront bénéficier d'un étalement jusqu'à 36 mois pour payer les charges qui avaient été reportées, ajoute Bercy. 

Car depuis le 15 mars, les entreprises en difficulté avaient la possibilité de décaler de trois mois la date de paiement de leurs cotisations sociales, sans pénalité. Par ailleurs, les charges pour les entreprises de moins de 10 salariés et et concernées par une fermeture administrative depuis le 15 mars sont annulées.

Depuis le début de la crise sanitaire, 450 milliards d'euros ont été dépensés en aides et de garanties de l'État, selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, pour appuyer les entreprises via le fonds de solidarité, le chômage partiel, ou encore le prêt garanti par l'Etat.

Gérald Darmanin, a d'ailleurs prévenu que la dette française allait "sans doute" dépasser le seuil de 115% du produit intérieur brut en fin d'année, résultat des mesures de soutien à l'économie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess