Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un chiffon rouge aux fenêtres pour les personnes en difficulté lors du confinement

C'est une idée qui prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux : mettre un drapeau rouge à sa fenêtre lorsque l'on est diminué et en difficulté lors de cet épisode inédit de confinement.

Des millions de personnes sont confinées. Certains peut-être en difficulté.
Des millions de personnes sont confinées. Certains peut-être en difficulté. © Radio France - Claire Leys

En ces temps inédits de confinement général, tout le monde n'est pas forcément égal face au fait de ne pas pouvoir sortir. Certains, des personnes âgées ou diminuées, peuvent rencontrer des problèmes, sans leur famille, sans aide, et sans pouvoir sortir de chez eux. Pour eux, une idée fait son chemin sur les réseaux sociaux. Apposer à sa fenêtre un drapeau ou un chiffon de couleur rouge, pour signaler à ses voisins ou aux rares passants le fait que l'on a besoin d'aide. Un médicament, une course... 

Plus de 70 000 partages

Cette idée, elle a été propulsée sur Facebook par Baptiste Stoykoff, un Français parti travailler en Espagne. "Cela se fait beaucoup dans les petits villages espagnols", témoigne-t-il. Il poste alors un message sur Facebook, en racontant cette idée, et cela prend immédiatement. Le message, posté mardi 16 mars est partagé plus de 70 000 fois, l'idée saluée par des centaines d'internautes, de Normandie, mais pas seulement. 

"J'ai été un peu surpris, avoue-t-il. Parce que c'est un petit message de trois lignes qui n'est pas très développé. Mais en même temps, tout le monde est sensible au fait de protéger ses voisins ou les personnes âgées, donc cela fait sens !"

"Tout le monde n'a pas le numéro de téléphone de ses voisins, donc c'est important. Maintenant, l'idée, c'est d'aller vers eux, de prendre contact, de s'entraider...Mon message, il est sur Facebook, mais tout le monde n'y est pas, donc il faut partager l'idée à l'oral pour que cela ait plus de force. J'espère que tout le monde va jouer le jeu." 

Une "nouvelle solidarité"

Pour l'instant, dans les centaines de réponses à son message, il n'a pas encore reçu de photo de drapeau rouge à une fenêtre, mais "des messages de personnes qui me disent qu'elles ont pris contact avec leur voisinage, qu'elles en ont parlé à leur famille..." 

Un exemple de "nouvelles solidarités", comme le demandait le gouvernement lors des différentes allocutions concernant ce coronavirus Covid 19. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess