Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Coronavirus : un patron de bar rochelais s'adapte pour survivre à la crise

-
Par , France Bleu La Rochelle
La Rochelle, France

Pour survivre à la crise, Nicolas Royer en est convaincu, il faut s'adapter ! Il Ce jeune patron d'un bar à cocktails du Vieux Port à La Rochelle a imaginé un service de pré-ventes mais aussi de livraison à domicile. Il travaille maintenant sur une collaboration avec des restaurants.

 Nicolas Maria, le barman et associé du Mary Lili compose des cocktails frais à emporter
Nicolas Maria, le barman et associé du Mary Lili compose des cocktails frais à emporter - Le Mary Lili

C'est un patron de bar, ému par la solidarité de ses clients, et qui est optimiste pour l’avenir malgré la crise. Nicolas Royer a créé il y a 8 mois avec un associé, un bar à cocktails : le Mary Lili, sur le Vieux Port à La Rochelle. Un bar fermé, comme les autres depuis le 16 mars, et qui va le rester encore pendant plusieurs semaines en attendant que le gouvernement annonce, fin mai, une date de réouverture. 

Pourtant, Nicolas Royer a trouvé un moyen de reprendre une activité partielle qui pourrait lui permettre de surmonter la crise : après avoir lancé une cagnotte Leetchi, il a mis en place la livraison de cocktails à domicile et vient de s’associer avec deux restaurants pour proposer un service complet, qui à vocation être pérennisé après la réouverture. Le jeune entrepreneur est convaincu qu’avec de la solidarité et un peu d’idée, les commerçants peuvent essayer de limiter la casse

L'exemple est venu des joueurs du Stade Rochelais 

Ce sont les joueurs du Stade Rochelais, Jean-Charles Orioli et Vincent Rattez (entre autres) qui ont mis Nicolas Royer sur la voie. Leurs maillots vendus aux enchères sur internet ont permis de récolter une cagnotte pour les soignants de l'hôpital de La Rochelle. Pourquoi ne pas faire pareil pour le bar ? Le patron du Mary Lili a d'abord hésité : "ça a été un gros dilemme, nous sommes un bar pas un service prioritaire, est-ce que ça allait être bien vu ? J'ai fini par me dire que je ne force personne à pré-payer des cocktails !". 

La Vie en Rose, un des cocktails à la carte
La Vie en Rose, un des cocktails à la carte - Le Mary Lili

Les clients ont été emballés : 4 300€ récoltés en quelques semaines (la cagnotte n'est pas terminée),76 personnes ont pré-acheté des cocktails à la grande surprise de Nicolas Royer : "je ne m'attendais pas à ce que ce soit un tel succès, à être autant soutenu. Mais il y a cet esprit à La Rochelle : on va survivre, on va traverser la tempête ensemble". Certains ont donné sans réclamer de contrepartie (un cocktail), d'autres ont envoyé un chèque pour que la totalité de la somme aille au bar, sans commission pour le site. Les clients ont aussi laissé des messages : "c'est l’âme de La Rochelle qu'il faut sauver" , "solidarité, espoir, courage" ou encore "Le Mary Lili fera partie des étapes obligées du week-end de la libération". 

Des cocktails livrés à domicile ou à emporter 

La cagnotte devait permettre de survivre un mois, mais vu la durée de la crise, il a fallu trouver autre chose pour faire rentrer de l'argent : Nicolas Royer a ensuite imaginé un service de livraison de cocktails à domicile : des cocktails frais, pour lesquels il a du trouver des fournisseurs locaux. Là encore, les clients ont répondu favorablement. D'une idée à l'autre, les cocktails se sont retrouvés sur la carte "à emporter" d'un restaurant "La Fabrique à Burgers" qui a rouvert récemment. Et dans quelques semaines, ils feront aussi partie d'un service complet de livraison à domicile proposés avec deux autres restaurants : La Storia (qui a ouvert une semaine à peine avant le confinement) et Les Petits Loups. "On va mettre à emporter tous nos produits, dans un même lieu : nous, les cocktails, La Storia, ses pâtes et les pizzas et Les Petits Loups, les desserts" explique Nicolas Royer. 

On doit tous s'entraider si l'on veut survivre, et arrêter d'être dans un système complètement capitaliste et de ne penser qu'à soi - Nicolas Royer, patron du bar à cocktails Le Mary Lili. 

Les trois patrons imaginent même embaucher ensemble un livreur "pour faire face à Uber Eats et Deliveroo qui prennent une commission de 30% au moins" et pérenniser le service après la réouverture de leurs établissements. "Cette crise doit nous avoir appris quelque chose" ajoute le jeune homme formé à Sup de Co La Rochelle (aujourd'hui Excelia), "c'est qu'on doit tous s'entraider si l'on veut survivre, et arrêter d'être dans un système complètement capitaliste et de ne penser qu'à soi". 

Je serai éternellement reconnaissant envers mes clients - Nicolas Royer. 

Financièrement, Le Mary Lili a réussi à obtenir un report de paiement de ses fournisseurs, il a aussi obtenu l'aide de 1 500€ de l'Etat, et il est exonéré de droit de terrasse comme tous les établissements rochelais. Mais l'entreprise n'a pas accès aux autres aides de la région ou de la ville de La Rochelle qui concernent les entreprises crées depuis le 1er janvier 2020, ou de plus de 5 salariés (le Mary Lili en a deux, en chomage partiel). "La cagnotte Leetchi représente pour l'instant la moitié de ce que je vais toucher, soit plus que les aides de l'Etat ou de la région, et plus que (pour l'instant) les recettes de la vente à domicile" reconnait Nicolas Royer. "Je serai éternellement reconnaissant envers mes clients" ajoute le jeune entrepreneur qui n'imaginait pas avoir été adopté par ses clients aussi rapidement, 8 mois seulement après sa création. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess