Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "un tsunami économique" dans les Alpes-Maritimes

-
Par , France Bleu Azur

Depuis minuit les bars, restaurants, cinémas et discothèques des Alpes-Maritimes sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Une mesure annoncée samedi soir par le Premier ministre Edouard Philippe pour renforcer la lutte contre le coronavirus. Le vice-président de la CCI 06 redoute de lourdes conséquences.

Les 7.000 bars et restaurants des Alpes-Maritimes ont fermés leur porte à minuit
Les 7.000 bars et restaurants des Alpes-Maritimes ont fermés leur porte à minuit © Radio France - Sonia Ghobri

"C'est un tsunami économique". Même s'il avoue qu'il se préparait à cette annonce, Bernard Chaix n'en reste pas moins abasourdi. Le vice-président de la CCI (Chambre de commerce et d'industrie) des Alpes-Maritimes élu au commerce a appris comme tous les Français samedi soir que les "lieux recevant du public non indispensable à la vie du pays" devaient fermer leur porte dès minuit. Cette annonce du Premier ministre Edouard Philippe concerne les bars, restaurants, discothèques et cinémas notamment. Dans les Alpes-Maritimes on compte par exemple 22.000 commerces sans compter les 7.000 bars et restaurants. En tout, selon les chiffres de la CCI, cela représente près de 110 000 emplois qui sont donc directement concernés par ces fermetures.

"C'est très violent" Bernard Chaix (CCI des Alpes-Maritimes)

110 000 salariés concernés dans les Alpes-Maritimes

"C'est très violent, c'est très rapide et j'espère que ça ne fera pas plus de morts dans les entreprises que le virus dans la population," continue Bernard Chaix. "Nous sortons déjà d'une difficulté économique sans précédent avec plus d'une année de manifestations en France et dans les Alpes-Maritimes. Il y a eu les intempéries il y a quelques mois. Maintenant c'est le coronavirus. Il faut vraiment que le Gouvernement mette en place un système très rapidement pour répondre aux interrogations de ces commerçants. Parce que là on est dans le flou."

Des mesures pour "faire changer les comportements"

Pour justifier ces nouvelles mesures inattendues, Edouard Philippe a évoqué le manque de discipline des français face à cette pandémie qui touche 4.500 personnes (dont 51 dans les Alpes-Maritimes). Le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez emboîte le pas du Premier ministre et réclame plus de civisme pour lutter contre le virus. "Il n'y a pas suffisamment de prise de conscience de la part de nos compatriotes de l'importance des mesures décidées jusque là pour enrayer l'épidémie. Dans ces conditions le Gouvernement a donc pris des mesures pour faire changer les comportements.

"Faire changer les comportements" Bernard Gonzalez préfet des Alpes-Maritimes

Le préfet des Alpes-Maritimes promet des contrôles 

Pour faire respecter les fermetures d'établissements, Bernard Gonzalez promet des contrôles. "J'ai donné des consignes à mes services de police et de gendarmerie pour contrôler dès cette nuit. D'abord avec pédagogie et proportionnalité mais dès midi il n'y aura plus de tolérance. Il faut respecter les directives, c'est une question de santé publique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess