Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une aide versée aux ménages les plus modestes, "on en a besoin maintenant, pas dans un mois"

-
Par , France Bleu Auxerre

Le 15 mai prochain, le gouvernement versera une aide d'urgence à plus de 4 millions de familles en France. Des familles dont les difficultés financières se sont aggravées avec le confinement. C'est le cas de Florence, une maman auxerroise pour qui l'aide est la bienvenue, mais tardive.

Depuis le début du confinement, Florence a vu son budget alimentaire doubler, et s'attend à ce que sa facture d'électricité grimpe.  ( photo d'illustration )
Depuis le début du confinement, Florence a vu son budget alimentaire doubler, et s'attend à ce que sa facture d'électricité grimpe. ( photo d'illustration ) © Maxppp - Nicolas Kovarik IP3 PRESS / MAXPPP

C'était l'une des annonces d'Emmanuel Macron lundi soir : le 15 mai prochain, le gouvernement versera une "aide d'urgence" à plus de 4 millions de foyers.Les contours de cette aide ont été précisés en début d'après-midi ce mercredi à l'issue du Conseil des Ministres. Elle concerne en priorité les familles, car avec le confinement et le retour des enfants à la maison leurs difficultés n'ont fait que s'aggraver et leurs dépenses ont grimpé. C'est le cas par exemple de Florence. Cette maman, qui bénéficie du RSA, vit seule avec ses deux filles à Auxerre.

Le budget alimentaire explose ... 

Depuis un mois elle ne peut que constater l'augmentation de son budget alimentaire. " Il a doublé. Par semaine je dépense environ 80 euros, alors qu'avant je faisais mes courses pour 40 euros". En effet, avec le confinement ses filles ne vont plus à la cantine et Florence doit donc prendre à sa charge un repas supplémentaire chaque jour. Mais ce n'est pas l'unique raison, dans l'hypermarché où elle fait ses achats, Florence constate un autre phénomène : la raréfaction de certains produits moyen de gamme. " Prenons un exemple : les pâtes. Moi je prenais la marque juste au dessus de la marque du magasin. Elle n'y est plus. Je suis obligée des prendre une marque que jamais je n'achetais auparavant où les 500 grammes sont à trois ou quatre euros !" 

... et la facture d'électricité va grimper

L'autre crainte de Florence porte sur ses dépenses énergétiques. Certes, comme elle le reconnaît elle n'utilise pas plus la machine ou le lave-vaisselle qu'auparavant, ils sont simplement plus remplis à chaque utilisation. En revanche, avec deux jeunes adolescentes à la maison, la facture d'électricité va augmenter " Elles rechargent leurs téléphones et ordinateurs beaucoup plus souvent" constate Florence, qui ajoute " la télé tourne plus souvent, et puis elles veillent plus tard donc la lumière reste allumée plus tard". 

Une aide bienvenue mais versée trop tardivement 

350 euros sont versés pour une famille touchant le RSA avec deux enfants. Alors cette aide est la bienvenue, même si Florence le reconnaît lundi soir, lors du discours d'Emmanuel Macron elle n'y croyait pas vraiment. "J'étais dubitative parce qu'il dit souvent tout et son contraire dans la foulée". Mais les précisions apportées en ce mercredi la rassurent. En effet, à l'issue du Conseil des Ministres, Edouard Philippe a précisé les modalités pour cette "aide d'urgence". 

"Cette aide, on en a besoin maintenant et pas dans un mois" - Florence

Concrètement, les familles comme celle de Florence qui est bénéficiaire du RSA , toucheront 150 euros auxquels s'ajouteront 100 euros par enfant. Le 15 mai prochain elle devrait donc toucher une aide de 350 euros. "Il était temps !", souligne Florence. "Je ne vais pas aller me plaindre du peu. Même si ce n'est que 150 euros, ce sera toujours ça". Pour autant l'Auxerroise s'étonne de la date de versement. "Je trouve ça ridicule parce que le 15 mai, si tout se passe bien, on ne sera plus forcément en confinement. Or, cette aide, on en a besoin maintenant et pas dans un mois" 

Mais si les difficultés se sont aggravées pour des familles comme celle de Florence, elles ont aussi fragilisé d'autres foyers. Ainsi le Secours Populaire de l'Yonne et les Restos du Cœur constatent que depuis le début du confinement de nouvelles personnes viennent demander de l'aide. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu