Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : une cellule d’urgence au Tribunal de commerce de Bastia

-
Par , , France Bleu RCFM

Tous les secteurs de l'économie seront touchés. Prévision très pessimiste du président du tribunal de commerce de Bastia où une cellule d'urgence a été installée pour traiter les cas des entreprises en difficulté. Un secteur qui vit dans l'attente lui aussi du plan de déconfinement du gouvernement.

Faire face à l'urgence au tribunal de commerce de Bastia
Faire face à l'urgence au tribunal de commerce de Bastia © Maxppp - Christian Buffa

Selon Jules Filippi, le Président de cette institution en Haute-Corse, la situation est critique et ce en dépit des mesures d'accompagnement mises en place par L’État, la Collectivité de Corse et les Chambres de Commerce avec les prêts garantis et les fonds d’aides pour les TPE ».  « Elles ont permis de soulager à défaut de régler totalement la première phase, celle de la circulation des liquidités mais il y a une autre phase qui se prépare et qui sera autrement plus importante c’est celle du mur de dettes lorsque l’activité va reprendre ».

                   Un mur de dettes

Outre la situation économique et sanitaire inquiétante, il estime que les entreprises corses sont également confrontées à un autre problème, celui des transports. « La problématique de la corse a toujours été celle des transports et ça l’est encore aujourd’hui puisqu’on est toujours suspendue à cette question de savoir comment va se passer le déconfinement et comment vont être organisés les transports". Le « mur de dettes » évoqué par Jules Filippi obstrue la visibilité des entrepreneurs, or ceux-ci dit-il doivent avoir une vision et une stabilité. « Aujourd’hui, il n’y en a pas et ce quelque soit le sujet. Pas de stabilité parce pas de vision donc aujourd’hui c’est l’inquiétude qui prévaut ».  

Les transports : clé de voute pour la relance économique
Les transports : clé de voute pour la relance économique © Maxppp - Gérard Baldocchi

Le tribunal milite pour que les entreprises viennent se placer sous la protection de cette juridiction afin d’avoir du temps pour traiter de leurs difficultés qui pourraient devenir les difficultés de leurs créanciers et par-dessus tout des difficultés sociales, c'est-à-dire salariales.

                 Le Crédit d’impôt corse

La seule solution pour sortir de ce marasme c’est de pouvoir investir, encore faut-il faudra voir les dispositifs qui seront mis en place. Jules Filippi milite pour « un projet d’ensemble » et en particulier pour la Corse. «  C’est la seule solution pour pouvoir en sortir, pouvoir investir » soutient-il en avançant, en marge, la solution du crédit d’impôt corse. Faut-il le relancer, l’élargir et augmenter le taux afin que l’économie reprenne ? « C’est une piste » conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess