Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une entreprise ardennaise de feux d'artifice voit son activité divisée par quinze

Sauville, France

Crise du coronavirus oblige, de nombreuses communes ont fait le choix de reporter voire d'annuler leur feu d'artifice pour éviter les attroupements. Mauvaise nouvelle pour les artificiers déjà mis à mal par le confinement. Dans les ardennes, Euro Bengale voit son activité divisée par quinze.

Feu d'artifice en Champagne-Ardenne, image d'illustration
Feu d'artifice en Champagne-Ardenne, image d'illustration © Radio France - Grégory Duchatel

La fête nationale, ces feux d'artifice et ces étincelles dans les yeux de milliers de spectateurs. Des scènes habituelles, beaucoup moins réelles pour ce 14-juillet 2020. Contexte sanitaire oblige, de nombreuses communes ont choisi par prudence de reporter leurs feux d'artifice voir de les annuler. Exemple à Reims et Châlons-en-Champagne dans la Marne, Charelville-Mézières dans les Ardennes a maintenu son spectacle pyrotechnique lundi soir, en imposant aux spectateurs le port du masque.

Coup dur pour les artificiers

Cette diminution du nombre de feux d'artifice est une mauvaise nouvelle pour les artificiers déjà mis à mal par le confinement. La société ardennaise Euro Bengale a tiré 15 feux contre 200 à 250 en temps normal, avec six salariés contre près de soixante-dix d'habitude : une activité divisée par quinze ! "Ce feu - du 14-juillet - est le premier que l'on fait. Tous les autres ont été annulés. D'habitude celui-ci représente 70% du chiffre d'affaire, là on ne fait que 5% de notre chiffre d'affaire, c'est préoccupant", se désole Bernard Déom, le gérant d'Euro Bengale.

"Quand on voit que le Préfet dit que l'administration a tout fait pour dissuader les maires de faire des feux d'artifice, il y a un vrai problème."

Bernard Déom reste dans le flou, malgré cette bulle d'air de la fête nationale, suspendu aux choix des maires d'organiser ou non d'autres feux durant l'été. Une responsabilité que beaucoup ne veulent pas prendre pour éviter les attroupements et d'éventuelles contagions aux Covid-19. Pour passer le creux de la vague, la société Euro Bengale bénéficie d'un prêt garanti par l'État de 200.000 euros. Elle compte aussi sur une nouvelle activité de stockage d'explosifs dans un nouveau hangar dans la Marne, près de l'aéroport de Vatry.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess