Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : une semaine après la fermeture des bars et restaurants en Île-de-France, la peur domine

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une semaine après l'annonce du Premier ministre, Édouard Philippe de fermer les "lieux non essentiels" pour enrayer la propagation du coronavirus, les professionnels du secteur expriment leur vive inquiétude. Certains sont même effrayés à l'idée de devoir mettre la clé sous la porte.

Depuis une semaine maintenant, les restaurants et bars sont fermés pour enrayer l'épidémie de coronavirus.
Depuis une semaine maintenant, les restaurants et bars sont fermés pour enrayer l'épidémie de coronavirus. © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

"Tous les jours, je me demande ce qu'il va se passer, on est dans la peur, on est dans le flou le plus total", résume pour commencer cette gérante de trois restaurants dans les Yvelines. Sophia est à la tête de trois crêperies, 15 salariés qui sont tous au chômage partiel désormais. Depuis une semaine, ses établissements sont fermés.

"Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir tenir"

"Quand l'affaire tourne, ça va mais là vu que je ne fais plus rien, je vais être dans le rouge totalement. En temps normal, on travaille très bien, le vendredi, samedi et dimanche, c'est là où on fait nos plus gros chiffres d'affaire, on a 90 couverts par restaurant donc je ne sais pas à l'avenir combien de temps je vais pouvoir tenir, peut-être 15 jours, après ça va être compliqué" décrit Sophia. Comme elle, ils sont des milliers, restaurateurs, gérants de bars... à s'inquiéter à propos de l'avenir de leur commerce.

Je pense que certains ne passeront pas la fin du mois - Christian Navet, vice-président Île-de-France de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie

Malgré les mesures prises par le gouvernement, qui a décidé de mettre la main à la poche pour aider les entreprises, les décisions restent floues pour Sophia. "Est-ce que ça veut dire que pour le chômage partiel, c'est moi qui vais devoir payer mes salariés, par exemple ?", s'interroge-t-elle.

De l'autre côté, l'Union des métiers de l'industrie et de l'hôtellerie s'inquiète des répercussions de cette crise sanitaire sur le long terme. "Je pense déjà que certains ne passeront pas la fin du mois compte tenu de leur trésorerie", alarme Christian Navet, vice-président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie.

Pour lui, même si les banques vont aider les restaurateurs, l'argent n'est que "prêté". Ils devront les rembourser après la crise sanitaire. "Ce qui va être très difficile c'est de repartir parce que certains vont vraiment repartir de 0", conclut Christian Navet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu