Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Corrèze : la bataille de l'exploitation des barrages est lancée

jeudi 26 avril 2018 à 4:46 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Les barrages de Bort et Marèges, en Corrèze, figureraient sur la liste des 150 retenues fournie par la France à l'Europe pour faire l'objet d'une mise en concurrence d'ici la fin de l'année. Les opérateurs EDF et SHEM sont sur les dents.

Le barrage de Bort les Orgues devrait faire l'objet d'une mise en concurrence pour son exploitation
Le barrage de Bort les Orgues devrait faire l'objet d'une mise en concurrence pour son exploitation © Maxppp - Pascal Chareyron

Bort-les-Orgues, France

Les barrages de Bort-les-Orgues et de Marèges, en Corrèze, pourraient bien faire l'objet d'une rude bataille entre les producteurs d'électricité dans les semaines à venir. Car, pour répondre à une mise en demeure de l'Europe datant d'octobre 2015, la France vient de fournir une liste de 150 retenues dont elle est propriétaire. Elles seront l'objet d'une mise en concurrence d'ici la fin de l'année pour rendre le marché moins concentré parce qu' EDF, qui exploite 85% des barrages dans l'Hexagone, serait trop dominant selon Bruxelles.

Les deux barrages de Haute-Dordogne concernés ?

En Corrèze, les barrages de Bort et Marèges seraient bien concernés par cette mise en concurrence car les concessions de ces deux retenues sont arrivées à leur terme en 2012. En attendant, la SHEM, une filiale d'Engie, exploite toujours celui de Marèges alors qu'EDF est toujours aux commandes de celui de Bort. Evidemment, ces opérateurs commencent à être sur les dents pour le renouvellement. Sans oublier les électriciens étrangers, car les Allemands et les Chinois ne cachent pas non plus leurs ambitions.

EDF veut garder son pré carré... la SHEM veut grossir

Sauf que plusieurs questions se posent. La première, c'est qu'EDF, même trop dominant selon l'Europe, ne veut pas lutter à armes inégales. "On ne spécule sur les chances qui sont les nôtres de l'emporter", avance Benoit Desaint, directeur des concessions EDF Massif-Central, "mais, si on dépose la meilleure offre, on sera attentif à ce que l'Etat fasse le choix d'EDF." De son côté, la SHEM, qui n'exploite aujourd'hui que 3% des ouvrages hydroélectriques français, se voit bien prendre des parts du gâteau. D'autant qu'en face de Marèges, il y a la structure de Saint Pierre de Marèges "qui est hydrauliquement liée à la première" souligne Pierre Chambon, le directeur général, mais dont la concession est loin d'être à son terme. "Elle doit prendre fin en 2062. Donc, pour nous, l'application d'un barycentre nous paraît appropriée. C'est un dispositif qui est prévu par la loi." Il permet, pour des concessions dont la date d'échéance est différente, de trouver une date commune équilibrée pour regrouper ces mêmes concessions. Tout en lorgnant sur Bort les Orgues, un peu plus en amont sur la Dordogne.

Un seul lot pour la mise en concurrence ?

Reste à savoir ce que l'Etat décidera. Il pourrait ne faire qu'un seul lot pour attribuer l'exploitation des deux barrages. Cela présente l'avantage de n'avoir affaire qu'à un seul opérateur pour la gestion de l'eau, et la coordination de la sécurité et la sûreté des installations.