Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco ind’è noi

Corse : Après la Covid-19, les parcs de loisirs ne sont pas à la fête

-
Par , France Bleu RCFM

Lieux de divertissements par excellence, les parcs de loisirs ont rouvert leurs portes en Corse. Entre des pertes liées au confinement et des visiteurs qui ne sont pas au rendez-vous, les finances des parcs ont du mal à remonter la pente.

Leyla Vidal/BELPRESS/MAXPPP - Pool | Piscine à balles 23/10/2018
Leyla Vidal/BELPRESS/MAXPPP - Pool | Piscine à balles 23/10/2018 © Maxppp - Leyla Vidal

Des toboggans, des piscines à vagues ou à boules, dans les allées des parcs de loisirs de la région bastiaise qui ont rouvert leurs portes il y a environ un mois, des dizaines d’enfants, adolescents et leurs familles s’adonnent à leurs activités favorites. Mais derrière l'image et la bonne humeur, des pertes financières importantes.

50% de visiteurs en moins 

Chez Western Splash, parc aquatique sur le thème du Far-West situé à Biguglia en Haute-Corse, William Dumas, son gérant, vaque à ses occupations derrière sa buvette, pour autant même si l’agitation est palpable dans les piscines, le nombre de visiteurs n’y est pas : « Nous sommes à moins 50% de visiteurs locaux, nous ne sommes plus dans les clous et des touristes il n’y en a quasiment pas » lance d'entrée le gérant. 

De l’autre côté de la voie rapide, toujours sur la commune de Biguglia, le parc Ludiqland propose des activités en intérieur. Pour son gérant Stéphane Susini, le constat est le même et ce même si l’été n’est pas la période la plus propice en termes de fréquentation des activités « indoor ».

Pour les deux gérants, un constat s’impose : depuis les nouvelles annonces du gouvernement sur le port du masque obligatoire et les signaux faibles de reprise de l’épidémie au niveau national, la fréquentation des parcs est en baisse. « Ça a été du jour au lendemain », précise William Dumas.

D'importantes pertes économiques

Une fréquentation des parcs fortement impactée par la crise sanitaire et des conséquences économiques qui se chiffrent en plusieurs milliers d’euros. Du côté de Ludiqland, son gérant Stéphane Susini estime les pertes liées à la Covid-19 à 150 000 euros : « La saison d’hiver, et les vacances de Pâques sont les plus importantes. Nous avons loupé la plus grosse partie de notre saison en raison du confinement. Cela nous permettait d’accumuler une trésorerie qui n’était pas du tout négligeable pour passer l’été ; une période moins faste pour les parcs en intérieur ». Stéphane Susini, explique que son activité qui consiste à proposer des animations en été est elle aussi compromise : « Des mariages, des baptêmes et des mairies qui nous sollicitaient pour des animations ont annulé ou reporté ».

Des conséquences économiques qui ont aussi une influence sur les futurs investissements comme l’explique William Dumas le gérant du parc Western Splash : « Nous avions prévu de gros investissements pour 2021. Nous pensons les repousser. Nous verrons en fin de saison ce qu’il en sera ».   

Gestes barrière obligatoires

Des visiteurs sont tout de même présents dans les parcs de loisirs et les gérants ont du bien évidement mettre en place les désormais habituels gestes barrière et faire respecter les distanciations sociales. Des marquages au sol pour indiquer les sens de circulation et de l’espace entre les tables ont également été matérialisés. Les gérants des parcs expliquent désinfecter plusieurs fois par jour les différentes aires de jeu et les sanitaires. Le gérant de Western Splash affirme avoir un employé dédié uniquement à cette tâche. Concernant les distanciations physiques, Stéphane Susini explique qu’« il est difficile de demander à un enfant de ne pas rejoindre un autre enfant, mais c’est possible à mettre en place car les espaces de jeu sont suffisamment grands, on peut être seul avec son enfant dans un coin ».

Réécoutez le reportage 

Reportage / La relance éco

Choix de la station

À venir dansDanssecondess