Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : journée de mobilisation contre la réforme des collèges

- Mis à jour le -
Par France Bleu RCFM

Le syndicat majoritaire des enseignants du secondaire, le SNES, mais aussi le SNALC, appellent à la grève et au rassemblement devant le rectorat à Ajaccio. Une fronde menée aussi par la droite, par le parti communiste et de nombreux intellectuels.

Réforme des collèges, rassemblement devant le rectorat d'Ajaccio (Maïa Graziani)
Réforme des collèges, rassemblement devant le rectorat d'Ajaccio (Maïa Graziani) © Radio France

Alors que le gouvernement affiche l'ambition d'aller vers plus d'égalité, les détracteurs dénoncent un nivellement par le bas.

C'est la suppression supposée des options latin et grec qui a ouvert les hostilités, professeurs de langues anciennes, syndicats et intellectuels redoutant leur disparition, alors que le gouvernement assure qu'il n'en est rien. Au contraire, entre la 6e et la 5e, tous les élèves pourraient en bénéficier. 

Autre point d'achoppement, la suppression des classes bi-langues, dès la 6e, le plus souvent anglais et allemand. Là ce sont les professeurs de la langue de Goeth qui sont montés au créneau. Même l'ancien premier ministre, Jean marc Ayrault, autrefois professeur d'allemand, a exprimé son inquiétude.

Inquiétude aussi de plusieurs historiens. Ils craignent l'abandon de pans entiers de l'histoire de France, notamment tout ce qui rappelle les racines chrétiennes de la France.

Enfin, et c'est sans doute un point clé de cette réforme, même si on en parle peu : la réforme accorde aux établissements une autonomie accrue. Ils pourront moduler 20 % de l'emploi du temps des élèves en fonction des besoins. Le SNES est farouchement contre, estimant qu'il s'agit d'une autonomie des chefs d'établissements et non des enseignants.

Sandrine Charrier, la secrétaire nationale du syndicat national de l'enseignement du second degré, rappelle que cette réforme a été faite sans concertation avec les enseignants.

Réforme Collège - Charrier

 

Michel Barat, le recteur de l'académie de Corse revient sur cette réforme du collège. 

7h50 invité BARAT internet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess